-->

Plus jamais ça !

06 août 2016 Auteur :   Y. Ladji BAMA

ajbCe qui s’est passé le 9 juin à la Direction régionale du Centre de la LONAB, tel rapporté dans une déclaration de l’Association des journalistes du Burkina (AJB), est inadmissible et ne devrait plus jamais se répéter. Un confrère de la Télévision BF1 a été agressé et son matériel de travail confisqué par des éléments de la Gendarmerie nationale, pendant qu’il était dans l’exercice de sa profession.

Où se croient les auteurs et commanditaires d’une telle forfaiture ? L’on tombe des nues surtout en apprenant les raisons invoquées comme étant celles ayant motivé cette barbarie vis-à-vis du journaliste. Les éléments de la gendarmerie auraient signifié qu’ils agissaient sur ordre du Directeur régional de la LONAB qui aurait jugé illégale la manifestation d’agents de ladite Direction que le journaliste était venu pour couvrir.

En rire ou en pleurer ? D’où sort ce directeur ? Parce qu’on juge illégale une manifestation, ayant de surcroît lieu sur la voie publique, on peut s’arroger le droit d’appeler la gendarmerie pour venir s’en prendre aux journalistes venus pour la couvrir ? Est-ce la faute aux journalistes si cette manifestation dite illégale a lieu ? En sont-ils les organisateurs? Et puis, la Gendarmerie nationale n’est-elle pas plus sérieuse que cela ? Chacun peut-il selon son humeur décider que tel travail que fait un journaliste ne lui convient pas et donner des ordres à la Gendarmerie nationale pour qu’elle intervienne pour y mettre fin et elle s’exécute sans autre forme de procès? La Gendarmerie nationale du Burkina Faso, pour laquelle les Burkinabè ont tant de respect et de considération peut-elle être instrumentalisée à ce point ? Où allons-nous avec de pareils comportements ? Cette situation est d’autant plus préoccupante qu’il ne s’agit pas là d’un cas isolé. Ce n’est pas la première fois que les journalistes sont pris à partie dans l’exercice de leurs fonctions par des éléments des FDS. Il est sans doute temps que cela s’arrête enfin.

Votre commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

"Nous rêvons d'un Burkina Faso où le pauvre suscite chez le riche, compassion et solidarité; où le faible bénéficie de la protection des forts; où la solidarité n'est pas seulement un slogan mais une valeur essentielle dans nos rapports avec les autres; où toute vie humaine est sacrée;...Lire la suite