-->

Putsch manqué du 16 septembre

23 novembre 2015 Auteur :   Y. Ladji BAMA

Pourquoi tant de fébrilité pour si peu ?

rspDans le cadre de l’instruction du dossier du putsch manqué du 16 septembre, les autorités judiciaires ont fait procéder à la perquisition du domicile privé de Ouagadougou du président de l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire, Guillaume Soro. Cet acte qui, de toute évidence, ne devrait donner à redire dans un Etat de droit, car procédant de l’ordre normal des choses, ne finit curieusement pas de faire jaser dans certains milieux. C’est à se demander si certains sont vraiment conséquents avec eux-mêmes. Comment vouloir d’un Etat de droit tout en se refusant de soumettre à ses règles ?

En quoi la perquisition de ce domicile privé pèche-t-elle ? En quoi pose-t-elle un problème ? Ce domicile est-il au-dessus des autres domiciles de citoyens Burkinabè perquisitionnés au quotidien par les forces de l’ordre dans le cadre d’actions judiciaires ? A moins que le propriétaire de ce domicile n’ait quelque chose à se reprocher, cette perquisition ne devrait être à l’origine d’une quelconque récrimination. Bien au contraire, elle devrait être l’occasion pour ce dernier, si tant est qu’il est blanc comme neige et qu’il est épris de justice et de démocratie, de montrer patte blanche devant la Justice et d’en ressortir désormais de tout soupçon qui pourrait peser sur lui. Autrement, toute autre attitude ne sera que gesticulation inutile et ridiculisante. Que la Justice fasse sereinement son travail et que tout justiciable concerné se prête en toute loyauté à la manifestation de la justice, afin que tous s’en portent mieux.

Votre commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

"Nous rêvons d'un Burkina Faso où le pauvre suscite chez le riche, compassion et solidarité; où le faible bénéficie de la protection des forts; où la solidarité n'est pas seulement un slogan mais une valeur essentielle dans nos rapports avec les autres; où toute vie humaine est sacrée;...Lire la suite