Le Reporter

Le Reporter

E-mail: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Le dernier rapport de International Crisis Group sur le Burkina a été rendu public au début de ce mois d'octo­bre 2017. Dans ledit rapport, I'ONG explique certaines causes de la violence actuelle au Sahel burkinabè. Pour les experts de cette organisation, ce qui se passe dans le Sahel burkinabè n'est pas du djihadisme.

Comme à l'accoutumée, Mariam Sankara, la veuve du Président Thomas Sankara, s'est adressée ce 15 octobre 2017, à l'occasion de la commémoration du trentième anniversaire de l'assassinat du père de la Révolution d'Août, à tous les combattants de la liberté et de la justice, à travers cette déclaration. Elle se réjouit du projet de mémorial pour Thomas Sankara mais rejette le site choisi pour sa construction, notamment le conseil de l'Entente, là même où a eu lieu la tragédie du 15- Octobre.

Ceci est une lettre ouverte des personnes affectées par le projet de l'Université Ouaga II au Premier ministre. Elles se dis­ent victimes d'une injustice sociale dont elles demandent la réparation sans délai.

« Un sursaut patriotique pour redresser la barque Burkina Faso avant qu’il ne soit trop tard » ; c’est ce que dit attendre le Balai citoyen du président du Faso et son gouvernement. Le mouvement citoyen a tenu une conférence de presse ce jeudi 18 janvier à Ouagadougou, pour porter à l’opinion son diagnostic de l’an II de la gouvernance Kaboré et la situation nationale.

A travers la lettre ouverte suivante, des personnes se disant spoliées dans le cadre du projet de construction de l’aéroport de Donsin s’adressent au Directeur général de la MOAD (Maîtrise d’ouvrage de l’aéroport de Donsin ». Elles estiment que des parcelles dégagées sur un site de relogement à leur profit ont été détournées au profit d’agents de la MOAD. Elles en appellent à leur restitution. Lisez plutôt

Lettre ouverte à Monsieur le Directeur général de la MOAD.

Le 8 juin 2017 à Manga, pour manifester leur mécontentement suite à l’interpellation d’un jeune homme, une foule nombreuse avait assiégé le palais de Justice pour réclamer la libération immédiate et sans conditions de ce dernier. Porte d’entrée du palais défoncée, fenêtre de la guérite arrachée, porte de l’entrée du bâtiment abritant les bureaux arrachée, toutes les vitres de la devanture du bâtiment brisées, panneau lumineux endommagé. C’est, entre autres, les éléments du bilan fait par les syndicats des acteurs judiciaires.

Page 2 sur 27
"Nous rêvons d'un Burkina Faso où le pauvre suscite chez le riche, compassion et solidarité; où le faible bénéficie de la protection des forts; où la solidarité n'est pas seulement un slogan mais une valeur essentielle dans nos rapports avec les autres; où toute vie humaine est sacrée;...Lire la suite