-->

MORT DE SALIFOU DIALLO : l'un des évènements politiques majeurs de l'année 2017

22 mars 2018 Auteur :  

L’ un des évènements politiques majeurs de l’année est, sansconteste, la disparition brusquede Salifou Diallo, président del’Assemblée nationale et du parti aupouvoir le 19 août dernier. SalifouDiallo a eu droit à tout. Le pays s’estpratiquement arrêté pendant une semaine pour rendre hommage à l’unde ses fils qui a marqué de son empreinte et influencé l’échiquier politique national au cours de ces 30 dernières années.

Son successeur, Alassane Bala Sakandé, hérite donc du perchoir et d’une organisation mise en place selon une vision qu’il aura certainement du mal à maîtriser et incarner. Mais au-delà du Parlement, Salifou Diallo était perçu, à tort ou à raison, par bien des acteurs comme celui qui détenait la réalité du pouvoir politique depuis l’accession de Roch Marc Christian Kaboré à la tête de l’Etat.

Pour avoir été longtemps le bras droit du Président Blaise Compaoré, le défunt était perçu comme responsable ou tout le moins, complice des crimes qui sont reprochés au régime de ce dernier. Certains analystes de la vie politique n’hésitent pas à affirmer qu’il constituait avec le Général Gilbert Diendéré les boîtes noires du régime Compaoré. Pour montrer patte-blanche sur ces dossiers dans lesquels son nom revenait régulièrement, il a été, à sa propre demande, entendu par le juge en charge de l’instruction sur l’assassinat de Dabo Boukary en 1990 et aussi dans le dossier Thomas Sankara. Mais cela n’a pas suffi pour rassurer certains de ses compatriotes, sur son innocence dans ces dossiers. Malgré sa disparition, certains se fendent de publications et de déclarations sur les réseaux sociaux l’accablant de tous les crimes du Burkina.

Finalement, Salifou Diallo, comme tout le monde, n’était ni ange ni démon. C’était un simple mortel. Pour bien d’observateurs de la scène politique nationale, la disparition de Salifou Diallo a des conséquences sur la vie politique nationale. Son nom continue d’être cité dans des initiatives de déstabilisations des partis d’opposition, notamment de l’Union pour le progrès et le changement (UPC) et du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP). L’opposition, notamment l’ancienne majorité, semble trouver dans la mort de Salifou Diallo, une opportunité pour reprendre du poil de la bête. Car, comme l’a si bien dit Mélégué Traoré, Salifou Diallo a façonné la façon de faire la politique de toute la génération actuelle. Il a été à la base de l’émergence de certains politiques tout comme il a été celui qui a défait certains formations et hommes politiques. Il a construit ses réseaux et connexions dans tous les secteurs de la vie publique au niveau national et international. Il avait aussi sa clientèle et ses obligés. Enfin, il avait aussi ses
parrainés qui sont aujourd’hui plusque ses propres enfants, ses orphelins.

B.O

Boureima Ouédraogo

E-mail Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Votre commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

"Nous rêvons d'un Burkina Faso où le pauvre suscite chez le riche, compassion et solidarité; où le faible bénéficie de la protection des forts; où la solidarité n'est pas seulement un slogan mais une valeur essentielle dans nos rapports avec les autres; où toute vie humaine est sacrée;...Lire la suite