MINISTERE DE L’ECONOMIE ET DES FINANCES : Mais où est donc passé le Directeur du Développement et de l’Innovation ?

31 janvier 2018 Auteur :  

La Direction du Développement institu­tionnel et de l'Innovation (DDII), vous connaissez ? « Non » ! Répondons-nous à une question d'un des lecteurs du Journal. Alors, « cher­chez à savoir ce que c'est que la DDII ». Et voilà, la DDII est une Direction du ministère de l'Economie, des Finances et du Développement (MINEFID).

Elle a ses bureaux logés dans le bâtiment de la Direction générale de la coopération (DGCOOP). Mais pour le savoir, cela n'a pas été chose aisée. En effet, Direction en charge d'œuvrer à la promotion de l'innovation au sein du ministère, il a fallu trouver un cadre compétent pour en assurer la responsabilité. En 2015, un directeur est nommé et a pris service.

Mais voilà que quelques mois après, courant 2016, ledit directeur sera propulsé à un autre poste, plus haut. Il sera nommé Directeur général, précisément Directeur Général des Etudes et des Statistiques sectorielles (DGESS) du ministère en charge des finances. Mais il y a un couac ! En effet, le DGESS n'a jamais cessé ses fonc­tions de Directeur du déve­loppement institutionnel et de l'innovation (DDII). Mieux, il se trouve que les locaux ser­vant de bureaux ne se trouvent pas dans le même local.

C'est alors que depuis quelques mois, des voix se font entendre et ce,  suite à la parution des articles dans deux éditions du journal Le Reporter à propos des missions à problèmes de la DGESS : Le Reporter n°221 du 1er au 14 septembre et n°222 du 15 au 30 septem­bre 2017. La raison des interrogations des uns et des autres est que si la DGESS a des missions à problèmes, qu'en est-il de la DDII ? En clair, Souleymane Nabolé qui cumule à la fois les pos­tes de DGESS et de DDII n'a­vait pas emballé entièrement ses affaires de la DDII. Le DGESS tient toujours les rênes de la Direction du Développement institutionnel et de l'Innovation (DDII). Et ça craint, cette double occu­pation de postes de respon­sabilité à un tel niveau de l'administration de l'Etat. Affaire à suivre !

Votre commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Diagnostic

"Nous rêvons d'un Burkina Faso où le pauvre suscite chez le riche, compassion et solidarité; où le faible bénéficie de la protection des forts; où la solidarité n'est pas seulement un slogan mais une valeur essentielle dans nos rapports avec les autres; où toute vie humaine est sacrée;...Lire la suite