• 23
  • Aoû

une170bDepuis près de trois semaines, le Régiment de sécurité présidentielle (RSP) avec la complicité passive ou active du reste de l’armée, a plongé le pays dans une crise institutionnelle profonde. Cette énième irruption du RSP dans la gestion de la Transition compromet le calendrier électoral dangereusement. Le Président Michel Kafando, au lieu de gouverner, s’est jusque-là comporté en père de famille très tolérant, à la limite laxiste, vis-à-vis des « enfants gâtés » de l’armée burkinabè. Il a laissé pourrir la situation avant de se résoudre à s’adresser à la nation pour exprimer toute la profondeur de la crise. Celle-ci est née d’une bien curieuse animosité entre son Premier ministre Yacouba Isaac Zida et ses chefs et compagnons d’hier. Mais au fond, le problème n’est pas celui du RSP en tant que corps mais bien plus celui de quelques officiers dont les intérêts personnels, égoïstes, semblent désormais inconciliables. Le RSP tout comme la République est désormais embarqué dans une querelle d’individus qui risque de compromettre purement et simplement la Transition. Ce qui est curieux, c’est ce silence complice pour ne pas dire coupable du reste de l’armée. On dit qu’elle est opposée au maintien de Zida et des autres militaires du gouvernement. Mais l’armée reste muette non seulement sur ses positions supposées, mais aussi sur les reproches faits au Premier ministre Zida et aux 3 autres militaires du gouvernement. Il se susurre que les politiques auraient également épousé les positions de l’armée. Mais là encore, personne n’a le courage d’assumer publiquement une telle position, surtout du côté de l’ex-opposition. En attendant, au RSP, l’on semble arrivé au seuil de non-retour. Les protagonistes semblent même prêts à un combat à mort.

  • 14
  • Aoû

Un rendez-vous manqué avec l’histoire !

guiroTrois longues années d’attente, trois chefs d’accusation (corruption passive et spéciale, enrichissement illicite et violation à la réglementation des changes), trois jours d’audiences pour aboutir à deux petites années d’emprisonnement avec sursis : voici résumé cette affaire Guiro qui a livré son verdict le 20 juin dernier, peu avant minuit. Que retenir de cette affaire qui depuis janvier 2012, symbolise le système de prédation du régime Blaise Compaoré. Dans ce système, un Directeur général des douanes n’est pas n’importe qui et peut fièrement brandir des cadeaux offerts par des personnes physiques et morales qui ont tout à gagner en le soudoyant. Mieux, il peut devenir milliardaire grâce principalement à des dons. Que dire alors d’un ministre de l’Economie et des Finances ?

  • 05
  • Aoû

Quand le fauteuil fait tourner des têtes

koyamL’actualité politique s’emballe progressivement à l’approche du rendez-vous électoral du 11 octobre prochain. La liste des candidatures à la présidentielle ne fait que s’allonger. Même la caution trop élevée de 25 millions de FCFA ne freine en rien les ambitions des présidentiables ou ceux qui s’estiment tels. A l’inflation de candidatures s’ajoute la multiplication des bourdes, pour ne pas dire les bêtises à travers des propos déroutants. Cette fois encore, la présidentielle n’échappera pas aux candidatures farfelues et certainement pas aux discours et autres promesses irréalistes, voire surréalistes. Ce qui va manquer, c’est un président candidat, déjà vainqueur avant même le scrutin. Ce sera donc un scrutin relativement ouvert. Car, malgré la pléthore, seuls quelques candidats franchiront la barre des 5%. Mais du point de vue de la crédibilité des candidatures, il faudra attendre encore. Car, sur le plan des projets de société qui crédibilisent les candidatures, rien de sérieux n’a encore été présenté au peuple. Mais aussi curieux que cela puisse paraître, tous se revendiquent porteurs de changement, même ceux qui ont bu et mangé à la table de Blaise Compaoré jusqu’à sa fuite. C’est peut-être là l’une des grandes curiosités de cette présidentielle post-insurrection.

  • 13
  • Juil

Trop de bruits pour rien !

djibrilLe premier et unique général de gendarmerie de l’histoire du Burkina Faso a officiellement lancé sa nouvelle carrière politique (en solo). Il essaie de faire bande à part tout en s’inscrivant dans la logique de défiance des acquis de l’insurrection populaire par les inconditionnels de Blaise Compaoré, notamment ses anciens compagnons du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP). Il tente de se donner une responsabilité dans le succès de l’insurrection populaire tout en continuant d’user des réseaux internationaux et nationaux de Blaise Compaoré. Il confond ses ambitions avec les objectifs de l’insurrection populaire. Il dénonce le nouveau code électoral tout en essayant de montrer qu’il n’est pas concerné par ce code parce qu’en 2011, il a dit dans une interview à RFI (Radio France International) que la révision de l’article 37 n’était opportune. Après avoir tancé les autorités de la Transition dans les médias internationaux et dénié au Conseil national de transition (CNT) le droit d’adopter une nouvelle loi électorale, Bassolé est de retour au pays. Il vient de lancer sa précampagne dans la région du Sahel d’où il a annoncé sa candidature. A-t-il placé la barre si haute qu’il lui est difficile de revenir à la raison ? Son obstination est des plus incompréhensibles et défie la logique, la morale et l’éthique politiques. A l’image de l’entêtement bovin qui a perdu Blaise Compaoré, Bassolé persiste dans la défiance pendant que même le CDP s’est inscrit dans une logique de négociation. Pire, lui et ses courtisans ne cessent de multiplier les menaces.

  • 02
  • Juil

Un pur produit du système Compaoré pour relancer la machine des réseaux

eddieLes 9 et 10 mai derniers, le Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP) a tenu son premier congrès sans Blaise Compaoré, son géniteur et presque demi-dieu jusqu’au 31 octobre 2014. Beaucoup d’observateurs avaient pensé que ce serait le congrès du renouveau. Finalement, comme on le dit, le chien ne change jamais sa manière de s’asseoir. Comme à tous les congrès, la direction sortie de ce congrès a été encore une fois de plus un parachutage extraordinaire. Eddie Komboigo, que certains auraient qualifié de « militant de la 25e heure » parachuté dans les hautes sphères du parti par le congrès de 2012, suivant la volonté de l’ex-petit président François Compaoré, fidèle parmi les fidèles de l’ex-patron de la garde prétorienne de Blaise Compaoré, Gilbert Diendéré, homme d’affaires, pur produit du système Blaise Compaoré, a été propulsé à la tête du CDP. Riche et prospère homme d’affaires, il l’est ! Il ne justifie d’aucune expérience suffisante de leader politique reconnu jusque-là.

  • 02
  • Juil

transitionCela fait six mois déjà que la Transition politique est en marche au Burkina Faso. L’actualité politique s’emballe progressivement. L’on amorce le dernier virage vers la présidentielle et les législatives couplées du 11 octobre. Pendant que les principaux partis politiques et la Commission électorale nationale indépendante (CENI) s’activent à être prêts pour le rendez-vous, certains s’essaient aux manipulations et multiplient les crocs-en-jambe politiques. Dans cette Transition, tout le monde n’a pas le même agenda. Certains ont cru qu’après cette insurrection, ils ne pouvaient pas continuer à être simples citoyens. Leurs conditions professionnelles ou sociales devraient être autres que sous Blaise Compaoré. Frustrés, ils en veulent aux veinards qui sans mérite particulier ont été propulsés à la tête de la Transition. Pour d’autres, cette Transition ne devrait pas réussir. Car si elle arrive à terme, c’en est définitivement fini de leurs rêves de se maintenir dans l’arène politique. Enfin, il y a ceux à qui le processus transitoire actuel offre l’occasion unique d’accéder à Kosyam. Le choc de toutes ces ambitions et ajouté aux calculs politiciens et aux déceptions d’une part importante des citoyens quant à la gouvernance de la Transition, risquent de peser très lourds dans ce dernier virage du processus de transition. Désormais, le seul espoir d’en sortir est de parvenir, conformément à l’agenda de la Transition, à des élections équitables, transparentes et justes le 11 octobre prochain, conformément aux textes en vigueur.

  • 23
  • Jui

Dur, dur de faire l’opposition

cdpLe processus de transition est en train d’entrer dans son dernier semestre. Après un premier semestre marqué des louvoiements de toutes sortes qui avaient suscité beaucoup de réticences et des inquiétudes, la transition a amorcé un virage crucial dont la maîtrise conditionnera la suite du processus de rétablissement de l’ordre constitutionnel normal. L’adoption du nouveau code électoral et les arrestations de certains dignitaires du régime déchu pour leur gestion ont provoqué la débandade dans les cercles des anciens inconditionnels de Blaise Compaoré. Ces derniers enchaînent les initiatives malheureuses qui risquent finalement de sonner définitivement la fin du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP), de bien d’autres profiteurs, notamment des partis satellites créés pour soutenir Blaise Compaoré et rien d’autre. Après avoir tenté de créer des tensions artificielles sans aucune prise sur le fonctionnement normal des institutions de la Transition, ceux-ci se sont résolus à suivre les voies légales de recours prévues par les lois de la République ainsi que les textes supranationaux aux- quels le Burkina Faso a librement et souverainement souscrit. C’est tout à leur honneur. Ils apprennent ainsi à vivre le calvaire des opposants. Malheureusement, au lieu de s’assumer, ils crient sur tous les toits à l’exclusion, au musèlement. Le CDP et ses alliés s’adaptent difficilement aux dures réalités des luttes politiques. Mais ils n’ont plus le choix. C’est fini les comportements d’enfants gâtés de la politique, les confusions entre l’Etat et le parti, entre le pouvoir exécutif et le bureau exécutif du parti-Etat.

  • 07
  • Jui

unerepC’est désormais Clair. Après avoir définitivement enterré le rêve de Blaise Compaoré d’instaurer une monarchie de fait, l’insurrection populaire commence à produire des effets concrets sur le terrain politique. Le coup de balai devait depuis longtemps toucher tous ceux qui l’ont soutenu dans cette tentative de tripatouillage constitutionnel, par lâcheté ou par égoïsme. Nul ne devrait pouvoir défier impunément son peuple au profit d’un individu ou de ses intérêts. Chacun va devoir assumer pleinement ses responsabilités. Ça commence enfin à bouger dans cette transition. Près de 6 mois après l’insurrection, l’on commence à sentir concrètement le vent de changement intervenu dans ce pays. Les autorités de la Transition, au nom de l’inclusion, avaient donné le sentiment de dévoyer l’insurrection de ses objectifs. Leur attentisme troublant par rapport à la traque des biens mal acquis, aux inévitables opérations « mains propres », ajouté à l’insouciante agitation politique des anciens dignitaires du régime déchu de Blaise Compaoré avaient fini par jeter le doute dans l’esprit de bien des Burkinabè quant à la capacité des autorités de la Transition à répondre aux attentes citoyennes. Mais depuis le début du mois d’avril, les choses reviennent progressivement à l’endroit comme nous l’écrivions dans notre précédente édition. L’adoption de la loi portant révision du Code électoral par le Conseil national de transition (CNT) le 7 avril dernier, les interpellations d’anciens ministres et maires pour leur gestion du bien public a provoqué le désarroi dans les rangs de ceux qui ont cru que l’inclusion et la tolérance étaient synonymes d’impunité de leurs manquements dans la gestion publique et d’absolution totale de leur responsabilité dans la survenue de l’insurrection populaire.

"Nous rêvons d'un Burkina Faso où le pauvre suscite chez le riche, compassion et solidarité; où le faible bénéficie de la protection des forts; où la solidarité n'est pas seulement un slogan mais une valeur essentielle dans nos rapports avec les autres; où toute vie humaine est sacrée;...Lire la suite