• 10
  • Juil

L’actualité économique nationale est marquée ces derniers temps par des affaires lugubres caractérisant le secteur des marchés publics. Les cas de malversations sont de plus en plus récurrents et la grogne monte en sourdine. L’affaire des pots de vin au MINEFID, dans le marché dit de Samsung, des diplômes sécurisés au MENA, le marché des 15 milliards au ministère en charge des transports, sont, entre autres, les cas plus en vue. Depuis des semaines, les agents du ministère en charge des infrastructures ne contiennent plus leur agacement. Ils manifestent ouvertement leur désapprobation de la gestion jugée scandaleuse qui est faite de cet important département ministériel.

  • 10
  • Juil

 Depuis le mois de décembre 2016, le poste de la présidence de la Commission de l’institution est vacant. L’ancien président, le Sénégalais Cheick Hadjibou Soumaré, ayant démissionné, après moult tentatives vaines de se maintenir. En principe, c’est le Niger qui devrait prétendre à ce poste aux énormes enjeux. Mais visiblement, le Sénégal n’a toujours pas renoncé à sa volonté de garder dans son giron ce poste à la fois prestigieux et stratégique. Cela, au grand dam des textes de l’institution et de ses propres engagements. De grosses manœuvres seraient en cours à cet effet.

Par Y. Ladji BAMA

  • 10
  • Juil

Dans un contexte de crise universitaire dont l’une des causes est le manque d’enseignants, l’Université de Ouagadougou livre une sordide histoire d’une thèse d’un étudiant en souffrance depuis 2014, du fait d’une mésentente entre deux enseignants. Patrice Bazongo, c’est le nom de l’étudiant en question. Il est doctorant dans le cadre d’un projet initié par une université danoise, l’Université d’Aarhus, en collaboration avec l’Université Ouaga I Pr Joseph Ki Zerbo. Depuis plus de deux ans, et après un dur labeur, il a fini de rédiger sa thèse, mais impossible pour lui de soutenir. La partie danoise a estimé que   la soutenance de la thèse de l’étudiant a été bloquée. Cette situation est en passe d’affecter la collaboration institutionnelle « vieille de plus de 20 ans » entre les deux universités.   Au cas où l’étudiant ne soutenait pas sa thèse à temps, la partie burkinabè sera « dans l’obligation de rembourser la somme que Danida (Coopération danoise) a dépensée dans la thèse », prévient la partie danoise. Mais comment en est-on arrivé là ?

  • 10
  • Juil

Au commencement, c’étaient les RSS (Roch, Salif et Simon), trois pontes du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP), fidèles lieutenants de Blaise Compaoré pendant de longues années, tombés en disgrâce, l’un après l’autre, avec des fortunes diverses. Mis à l’écart de la Direction du CDP devenu la propriété privée de Blaise et François Compaoré, ils ont pris leurs responsabilités. La suite, on la connaît. Le 4 janvier 2014, avec 72 autres membres du Bureau politique national du CDP, ils démissionnent et fondent le Mouvement du peuple pour le progrès (MPP) qui a rejoint l’opposition et a participé à l’insurrection populaire.

  • 10
  • Juil

Dans notre livraison du 15 décembre 2016, nous relations dans un article intitulé « Affaire fraude fiscale dans le marché de l’échangeur du Nord : le règne de l’opacité et de l’omerta », notre galère dans la recherche de l’information auprès de ce ministère. « Manifestement, la transparence et la redevabilité, tant magnifiées dans les discours officiels des nouveaux gouvernants, sont loin d’être les choses les mieux partagées au ministère en charge des infrastructures ». Ecrivions-nous.

  • 10
  • Juil

Le Burkina Faso s’est hissé dans le peloton de tête des grandes nations de football au terme de l’édition 2017 de la Coupe d’Afrique des nations (CAN) qui s’est jouée au Gabon du 14 janvier au 5 février 2017. Les Etalons n’étaient pas attendus à ce niveau de la compétition. Mais à l’arrivée, ils ont fait rêver tout un pays et au-delà, tous les amateurs du bon jeu de football. Sans avoir remporté la coupe, les Etalons ont fait l’unanimité sur leur qualité de jeu et leur combativité. Au Burkina, ils ont déchaîné des passions et ravivé la fierté nationale.

  • 10
  • Juil

Dans notre parution du 15 décembre 2016 au 14 janvier 2017, nous relations l’aventure d’un homme d’affaires, qui veut s’engager dans la construction d’une usine de production d’aliments pour bétails, mais qui se trouve bloqué par un autre homme d’affaires qui fait des pieds et des mains pour étouffer son initiative. L’intéressé, écrivions-nous, a sacrifié à toutes les formalités en vue de l’obtention du terrain de construction de son usine. Il ne reste plus que sa quittance du titre foncier d’une valeur de 39 795 000 FCFA au Guichet unique du foncier (GUF).

  • 10
  • Juil

Le feuilleton dit « affaire don de matériel par ETAF ARMABEL à la Police nationale » ne semble pas être prêt de s’estomper. Entre les responsables d’ETAF ARMABEL et certaines autorités de la Police nationale, le torchon continue de brûler. L’armurier maintient et reste convaincu que l’usage qui a été fait de son matériel est entouré de flou. Après avoir demandé l’état récapitulatif de la répartition de son matériel, l’armurier constate des irrégularités sur le registre, mettant en doute le contenu dudit état de répartition.

"Nous rêvons d'un Burkina Faso où le pauvre suscite chez le riche, compassion et solidarité; où le faible bénéficie de la protection des forts; où la solidarité n'est pas seulement un slogan mais une valeur essentielle dans nos rapports avec les autres; où toute vie humaine est sacrée;...Lire la suite