• 03
  • Mai

Les Etats-Unis font leur retour

jazzLe samedi 13 avril dernier, les organisateurs du Festival international Jazz à Ouaga ont animé un déjeuner de presse au Ran hôtel Somkèta. L’objectif, selon les animateurs, est de présenter aux hommes de médias les détails des grandes articulations du festival qui se déroulera du 26 avril au 04 mai 2013 sous le thème «Le jazz et la musique, comme facteurs de rapprochement des peuples».

  • 17
  • Avr

Vers une dynamique nouvelle

bureau sepLa Société des éditeurs de la presse privée (SEP) a tenu son Assemblée générale ordinaire le samedi 23 mars 2013 à Léo, capitale de la Sissili. La cérémonie d’ouverturea été présidée par le ministre de la Communication porte-parole du gouvernement, Alain Edouard Traoré, représentant le Premier ministre. Une vingtaine de patrons de la presse privée écrite ont pris part à cette assemblée générale.

Avant d’entrée dans les travaux de l’AG proprement dits, lesresponsables des organes ont eu droit à trois communications. La première a porté sur une préoccupation constamment soulevée par la presse privée burkinabè. Il s’agit de la fiscalité applicable aux entreprises de presse. Cette communication a été présentée par Amadou Yaro, Directeur général de l’ENAREF. Elle a permis par la suite aux responsables d’organes de presse d’échanger avec leur ministre de tutelle sur la nécessité de revoir la fiscalité qui est appliquée aux entreprises de presse actuellement sans tenir compte de leur spécificité et ayant des conséquences énormes sur le développement desdites entreprises. La deuxième communication a été animée par HarounaTogoyeni, secrétaire chargé de l’information et porte-parole du Conseil national du patronat burkinabè (CNPB). Il s’agissait ici de permettre aux responsables de presse de connaître et comprendre le fonctionnement de cette structure et de voir dans quelle mesure une adhésion pourrait leur permettre de mieux défendre les intérêts des entreprises de presse.

  • 17
  • Avr

Quand les éléphants se battent au chevet d’une population mourante

greveL’heure est grave. Et, c’est peu dire face au drame qui se joue en ce moment dans le secteur de la santé au Burkina Faso. Dès ce matin, les travailleurs de ce secteur ô combien sensible, sous la houlette du Syndicat national des travailleurs de la santé humaine et animale (SYNTSHA), observent un mot d’ordre de grève générale de 96 heures, sur toute l’étendue du territoire national. Encore une période de tragédie qui s’ouvre pour les pauvres citoyens dont certains ne manquerons pas de croiser le chemin de la mort, dans le sillage de ce mouvement. A la base de cette subite aggravation du climat social au sein des blouses blanches, le licenciement d’un agent par le conseil des ministres, le 6 mars dernier, pour refus d’assistance à une patiente. Depuis lors, le dialogue de sourds s’est installé entre gouvernements et travailleurs de la santé. Le niveau du mercure monte vertigineusement et chacun tire la couverture sur lui. Retour sur un conflit social aux allures de bataille d’éléphants…

  • 12
  • Avr

Plus qu’une question de textes, une question de probité

adjMalgré les différentes précautions prises en vue de garantir la transparence du scrutin du 2 décembre 2012, celui-ci a été marqué par de graves irrégularités, voire des fraudes de tout genre. De ce triste constat découle une conclusion logique : la transparence électorale n’est pas seulement une question de texte, d’informatisation et de fichier biométrique ; elle est d’abord et avant tout une question de probité, de morale et de conscience collective. C’est du moins l’une des conclusions fortes auxquelles sont parvenus les députés membres du groupe parlementaire Alternance, démocratie et justice (ADJ), au cours de leurs premières journées parlementaires, tenues du 11 au 12 mars 2013, à Ouagadougou. « Elections couplées de 2012, quels enseignements tirer ? ». C’est le thème sur lequel ont porté les réflexions.

  • 12
  • Avr

La fondatrice, l’enseignant, le contrat et la banque

isppLe climat social n’est pas des plus sereins en ce moment à l’Institut supérieur privé polytechnique (ISPP) de Ouagadougou. La fondatrice et Directrice générale de l’établissement, Sabine Yaméogo, a licencié, fin décembre 2012, un de ses collaborateurs. Cette rupture de contrat survenue dans des circonstances assez troubles ne finit pas de hanter la Direction générale de l’institut. L’affaire commence à faire grand bruit et risque de connaître des rebondissements imprévisibles.

  • 01
  • Avr

L’avenir du cinéma africain en question

fespLe programme du FESPACO 2013 se déroule et tire progressivement vers sa fin. Entre projections de films, débats sur l’avenir du cinéma africain et autres expositions, cette édition aura été celle de la réflexion sur les voies et moyens à dégager pour une véritable relance du cinéma en Afrique. En attendant la cérémonie officielle de clôture, le samedi 2 mars prochain, le FESPACO 2013 est aussi en passe de tenir ses promesses quant à la reconnaissance de la place de la femme dans le cinéma africain. C’est le moins qu’on puisse dire.

  • 01
  • Avr

L’UNIR/PS prête pour une désobéissance civile si…

sankbeneL’Union pour la renaissance, Parti sankariste (UNIR/PS) s’est invitée dans les débats sur la révision ou non de l’article 37 de la Constitution relatif à la limitation des mandats présidentiels. Elle menace d’appeler à la désobéissance civile si le pouvoir tentait un passage en force.

  • 31
  • Mar

Des journalistes sensibilisés

ismaelSelon une étude réalisée en 2010 par l’ONG Handicap International, dans 6 pays de la sous-région ouest-africaine (Burkina Faso, Mali, Niger, Sénégal, Sierra Léone et Togo), le traitement médiatique des questions liées au handicap dans les médias véhicule en majorité des stéréotypes sur les personnes handicapées. Aussi, les terminologies employées ne sont pas toujours appropriées et le ton des articles le plus souvent alarmistes.

"Nous rêvons d'un Burkina Faso où le pauvre suscite chez le riche, compassion et solidarité; où le faible bénéficie de la protection des forts; où la solidarité n'est pas seulement un slogan mais une valeur essentielle dans nos rapports avec les autres; où toute vie humaine est sacrée;...Lire la suite