Y. Ladji Bama

Y. Ladji Bama

E-mail: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Il se passe des choses invraisemblables au niveau de la Cité relais de Bassinko, située dans l’arrondissement 8 de Ouagadougou, côté gauche de la route Ouaga-Ouahigouya, au niveau de l’ancien poste de péage. Cette cité créée vers le milieu des années 2000 et pilotée par l’ex- Direction générale de l’Urbanisme, devenue aujourd’hui Direction générale de l’Urbanisme, de la viabilisation et de la topographie du ministère de l’Urbanisme et de l’Habitat, est un véritable concentré de bizarreries, symptomatiques d’un affairisme et d’une mal gouvernance foncière.

C’est parfois affligeant,  la façon dont certaines personnes chargées de la gestion des deniers publics jouent avec ceux-ci. Ce qui se passe à l’ex-Fonds d’entretien routier du Burkina (FER-B), aujourd’hui devenu Fonds spécial routier du Burkina (FSR-B), est une parfaite illustration de cet état de fait.

Du 3 au 7 avril 2017 s’est tenu, dans la ville balnéaire de Grand-Popo, à une soixantaine de kilomètres de Cotonou, au Bénin, un atelier bilan du programme MIGDEVRI (Migration, Development and Regional Integration). Un programme mis en place par le LASDEL (Laboratoire d’études et de recherches sur les dynamiques sociales et le développement local), en vue de développer les compétences des jeunes chercheurs sur les thématiques liées à la migration et au développement.

Le Salon international de l’artisanat de Ouagadougou (SIAO) se signal une fois encore. C’est à croire que cette institution est abonnée aux scandales financiers. Il y a seulement quelques années, Le Reporter révélait les pratiques hideuses qui caractérisaient la gestion des ressources de cette boîte (Cf. Le Reporter numéros 76, 77 et 78 d’août à septembre 2011).

Libérer l’information !

Les rapports des organismes internationaux sont de plus en plus flatteurs, quant à la situation de la liberté d’expression au Burkina Faso, ces dernières années. Par exemple, le dernier classement mondial de la liberté de la presse de Reporters Sans Frontière, rendu public courant avril 2017, donne le pays des Hommes intègres 42e sur 180 pays.

ça ne doit rester sans suite !

«…Gilbert Ouédraogo et Tertius Zongo ont, de concert, détourné des milliards dans la réfection de l’aéroport. Le DAF de Gilbert s’est suicidé. (…) Les membres de la CODER sont des farceurs. Ils demandent l’impunité, ils demandent la corruption sans avoir à rendre compte, ils veulent se blanchir à bon compte, ils veulent blanchir les milliards qu’ils ont détournés. Les responsables des syndicats prennent des chèques, des vivres et autres. (…) Ce sont des corrompus. Bassolma Bazié est le plus corrompu. Le mouvement syndical a été détruit. Le maître d’œuvre de cette action, c’est Salifou Diallo avec Halidou Ouédraogo qui étaient respectivement, l’un le planton de Blaise à l’avènement du Front populaire et l’autre son conseiller juridique officiel. Halidou n’a même pas pris le temps de porter une chemise, il est sorti en maillot pour justifier le coup d’Etat de Lengani. Jean Claude Bouda, le ministre de la Défense, a beaucoup plus besoin de cure de désintoxication que de se trouver à cette position. (…)Les élections présidentielles de 2015 ont été pipées. Salifou Diallo a payé des Nigériens pour faire de la fraude informatique… ». Telle est la substance de certains propos tenus par Soumane Touré, dans la soirée du 16 avril 2017, à l’émission « Grand déballage », sur les antennes de la télévision Burkina Info. Comme on peut le voir, ces propos sont suffisamment graves pour rester sans suite. L’intéressé n’hésitait pas, tout au long de ses déclarations, à défier les personnes mises en cause d’intenter des actions en Justice contre lui et qu’il était prêt à répondre. Face à la gravité des faits, même si les personnes concernées ne le faisaient pas, la Justice devrait pouvoir s’en saisir. Il y va de la sûreté du pays tout entier. 1

BYL

 

 

Page 2 sur 4
"Nous rêvons d'un Burkina Faso où le pauvre suscite chez le riche, compassion et solidarité; où le faible bénéficie de la protection des forts; où la solidarité n'est pas seulement un slogan mais une valeur essentielle dans nos rapports avec les autres; où toute vie humaine est sacrée;...Lire la suite