• 03
  • Juil

Faut-il prendre la commission constitutionnelle au sérieux ?

Constitution du BurkinaDepuis la publication dela liste des membres de la commissionconstitutionnelle, des voix et pas des moindres s’élèvent pour dénoncer le choix de certains appelés. Certaines composantes sociales rejettent le choix de leurs représentants.C’est surtout au niveau de la diaspora, notamment en Côte d’Ivoire, aux Etats-Unis que le choix des représentants est vivement contesté par des structures représentatives. Mais il n’y a pas que les représentants de la diaspora qui posent problème. Certains représentants de la société civile sont membres du Bureau politique national du Mouvement du peuple pour le progrès (MPP). Ce qui laisse dire à bien des observateurs que c’est une commission MPP.

  • 03
  • Juil

Fin de règne pour COTECNA au Burkina ?

cotecnaApparemment, les carottes sont cuites pour la multinationale suisse COTECNA au Burkina Faso. Entre les nouvelles autorités et ce partenaire de l’Etat burkinabè, dans le domaine de l’inspection et de la vérification de la valeur des marchandises en importation au Burkina, la collaboration semble tirer vers sa fin. Le ministère de l’Economie, des Finances et du Développement a en effet adressé une lettre au Directeur général de COTECNA. Dans ladite lettre, signée de la ministre Rosine Coulibaly, tenant aussi lieu de préavis, conformément aux termes du contrat qui lie les deux parties, l’Etat burkinabè manifeste sa volonté de ne plus poursuivre ce partenariat.

  • 17
  • Nov

Ne pas baisser la garde

loadaLe 9 octobre 2015 a eu lieu le procès des présumés auteurs des fraudes aux concours directs de la Fonction publique, session 2015. La tenue de ce procès, dont le délibéré est fixé au 23 octobre 2015, est une étape importante dans la quête de la transparence et de l’égalité des chances entre les candidats aux concours directs de la Fonction publique, revendiquées par notre comité.

  • 09
  • Nov

pareSidi Paré est ce ministre délégué auprès de la Présidence chargé de la sécurité, un ministre tout aussi éphémère que le CND dont il était, semble-t-il, l’un des cerveaux. En effet, il aurait été l’œil et l’oreille des putschistes au sein du gouvernement. Le ver était dans le fruit, dira-t-on. En effet, certaines sources affirment que le ministre Sidi Paré servait de taupe au gouvernement et transmettait fidèlement au Général Diendéré ce qui se disait entre ministres. La preuve, certains propos tenus entre ministres ont été repris par les putschistes au grand étonnement de beaucoup de membres du gouvernement.

  • 09
  • Nov

sgAux premières heures du putsch perpétré par l’éphémère CND (Conseil national pour la démocratie), le chef putschiste, le Général Gilbert Diendéré, a convoqué les Secrétaires généraux des ministères pour leur donner l’ordre d’assurer la continuité du service au sein des départements ministériels.

  • 04
  • Nov

Vite, une thérapie du cheval !

LoadaDepuis le 14 août dernier, il nous a été donné de voir des vagues d’arrestations qui viennent en réponse à la série de fraudes perpétrées dans l’administration des épreuves de l’ENAREF cycle A, B et C ; de la santé et des conseillers des Affaires économiques. Depuis lors, des voix s’élèvent pour demander la reprise pure et simple des concours concernés. Le gouvernement va-t-il prendre la pleine mesure de la situation ?

  • 15
  • Oct

La CENI audite son fichier électoral

élections 2015Dans le but de renforcer la confiance entre les parties prenantes, et crédibiliser davantage le processus en cours, la Commission électorale nationale indépendante (CENI) a demandé et obtenu auprès de l'Organisation internationale de la francophonie, un soutien pour auditer le fichier électoral. A cet effet, une mission de l'OIF séjourne du 24 août au 3 septembre à Ouagadougou. La réunion inaugurale de cette mission d’audit a eu lieu le mardi 25 août à la Direction générale de la coopération.

  • 15
  • Oct

Le meurtrier enfin aux arrêts !

phDans notre numéro précédent, Le Reporter n°172, nous avions fait échos d’un meurtre qui s’était produit en mars dernier, dans le quartier Tampouy. Dans cet article, nous décrivions une scène horrible. Un jeune élève, Ilboudo Christmy, a été poignardé à mort par un autre jeune du quartier. Depuis lors, l’assassin courait toujours, disions-nous. Suite à la parution de l’article, le commissariat de police de Tampouy nous a contactés pour nous donner l’information selon laquelle le délinquant venait d’être aux arrêts et transféré au parquet. Vivement que le dossier suive son cours normal et que justice soit faite. Affaire à suivre !

"Nous rêvons d'un Burkina Faso où le pauvre suscite chez le riche, compassion et solidarité; où le faible bénéficie de la protection des forts; où la solidarité n'est pas seulement un slogan mais une valeur essentielle dans nos rapports avec les autres; où toute vie humaine est sacrée;...Lire la suite