• 23
  • Mai

La fête pendant la révolution !

ts-bcLa lutte syndicale est un garde-fou nécessaire contre la pression des capitalistes, mais en finir avec le capitalisme exige une lutte spécifiquement politique, c’est-à-dire une lutte pour le pouvoir politique. Des prolétaires peuvent lutter de la même manière et pour un même objectif partiel (salarial, par exemple) dans des perspectives radicalement différentes : les uns considérant que la satisfaction de leur revendication constituera un petit pas de plus accompli dans le sens d’une transformation progressive et progressiste de la société, les autres jugeant qu’elle constituera seulement un acompte dans l’attente de l’essentiel, à savoir le pouvoir politique et la propriété sociale des moyens de production. Ces deux conceptions opposées reflètent dans leur domaine la divergence entre le projet réformiste et le projet révolutionnaire. L’activité syndicale constitue naturellement un espace de lutte politique et idéologique entre ces deux projets. A l’occasion de la fête du 1er mai (la fête internationale des travailleuses et travailleurs et pas la fête du travail !) nous retournons en arrière pour faire un bilan ou plutôt jeter un regard critique sur certaines erreurs commises au sujet des syndicats pendant la révolution.

  • 03
  • Mai

Les causes et quelques pistes de solution

uoDe tous les écrits qui nous ont été donnés à lire sur la situation à l’université de Ouagadougou, ceux du président de l’ANEB et du Dr Issaka SondéDE ont retenu notre attention. Le président de l’ANEB écrit ceci : « Il y a une cause qui a conduit au chevauchement des années ; si on s’attaque aux conséquences en laissant la cause, cette dernière produira les mêmes effets. Le Dr issaka Sondé écrit : « A chaque crise universitaire, on fait juste un traitement symptomatique, beaucoup de promesses et le mal reste en l’état ou du moins va de mal en pis ». Plus loin, il ajoute : « Le blanchiment technique ne semble être que le commencement des problèmes».

  • 03
  • Mai

François Hollande, le Président normal et les affaires anormales, voire immorales

hollandeAprès quatre mois de démentis acharnés, l’ancien ministre français du Budget, Jérôme Cahuzac, est passé aux aveux devant les juges dans l’affaire de son compte suisse (600 000 euros, 15 millions d’euros selon les médias suisses). Mais ses confessions judiciaires ne peuvent prétendre mettre un terme à l’enquête des magistrats anticorruption Van Ruymbeke et Le Loire. De nombreuses questions restent en suspens. Les dessous d’un incroyable revirement. Le président (socialiste ! et d’office anticapitaliste) François Hollande est lui-même propriétaire de trois maisons de vacances dans la très glamour Riviera de Cannes. L’homme qui n’aime pas les riches, âgé de 57 ans, veut révolutionner son pays en taxant avec des impôts élevés ceux qui réussissent leurs vies et les banquiers. Mais voilà : ses actifs ont été publiés dans le Journal officiel, la gazette qui contient des informations vérifiées sur le gouvernement français. Ainsi, on peut comprendre l’embarras du personnage quand on apprend que ses biens sont estimés à 1.12 million d’euros. On comprend également alors pourquoi il décide d’augmenter l’ISF pour ceux dont le patrimoine dépasse les 1.2 million. Il y échappe de justesse !Mais comme cerise sur legâteau, le ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius , est soupçonné d’avoir un compte dans un paradis fiscal. Et notre Président Compaoré et ses disciples sont-ils sur la liste ? A suivre…

  • 17
  • Avr

La diplomatie est-elle aussi dynamique que l’on veut nous le laisser croire ?

burkinaAu regard de la politique américaine en Afrique de l’Ouest durant le premier mandat du Président Barack Obama, on est en droit de se demander si le pays des hommes intègres compte dans la géopolitique américaine en Afrique de l’Ouest. L’année dernière, le Président américain recevait en grande pompe à la Maison Blanche, les Présidents Alpha Condé de la République de Guinée, Mahamoudou Issoufou de la République du Niger, Alassane Ouattara de la République de Côte d’Ivoire, pour les féliciter des avancées démocratiques opérées dans leurs pays respectifs. Le Burkina Faso qui balbutiait au sortir des mutineries n’avait pas été invité. Par ailleurs, l’ex-Secrétaire d’Etat Hilary Clinton, elle aussi, a fait une tournée en Afrique de l’Ouest qui l’a conduit dans des capitales ouest africaines notamment Dakar, Monrovia, Abidjan, Lomé, etc. Quant à Ouagadougou, elle ne reçoit que des diplomates tels que des sous-secrétaires ou sous directeurs ou directeurs adjoints de l’Administration Obama.

  • 12
  • Avr

Pas de fumée sans feu

PapeL'élection de Jorge Mario Bergoglio, archevêque de Buenos Aires comme 266epape n'est pas une bonne nouvelle pour les progressistes du monde chrétien ni pour la révolution citoyenne en Amérique du sud. Silencieux sous la dictature militaire puis à l'heure des jugements des militaires criminels, opposant connu aux gouvernements argentins de Nestor puis de Christina Kirschner, tendre pour l'Opus Dei, hostile aux prêtres progressistes, le nouveau chef de l'église catholique devra prouver qu'il n'a pas été élu pour déstabiliser les régimes progressistes (marxistes-léninistes) de l'Amérique latine ni pour poursuivre les persécutions contre la théologie de la libération. Compte tenu de l'affichage favorable aux pauvres, il faut espérer qu'il soit plutôt enclin à aider ceux qui en sont actuellement les porte-parole en politique et dans le christianisme amérindien.

  • 12
  • Avr

Que se passet-il au juste ?

vsvIl fut un temps où les hommes en soutane inspiraient une confiance absolue en toute chose pour la plupart des croyants, pour ne pas dire à tous. Pour le commun des mortels, le religieux catholique, s’il n’était pas un saint n’en était certainement pas loin. Le prêtre était un homme honnête par excellence, formé pour suivre la voie de Dieu, celui à qui on se confiait sans arrière pensée. Quand on embrasse la prêtrise, c’est faire don de soi, au service de Dieu, c’est respecter son serment pour lequel on s’est engagé. Il est vrai qu’aujourd’hui nous vivons dans un monde où le matérialisme a consumé l’âme de la plupart des gens. Mais nous pensons que lorsqu’on veut faire des affaires, on ne devient pas prêtre. C’est un choix que de servir Dieu.

  • 31
  • Mar

Attention à la corruption électorale dans le Sanguié

1 2La lutte contre la corruption ne se limite pas uniquement à dénoncer les détourneurs de deniers publics et à les poursuivre mais aussi à combattre les achats de conscience et les intimidations et tous ceux qui utilisent leur position pour détourner l’électorat a leur faveur. Au SANGUIE, nous subissons la corruption électorale dans le silence et l’indignation.

  • 29
  • Mar

Les auteurs de fraudes doivent répondre de leurs actes !

Zakaria SawadogoTérifiants ! Les débats au Tribunal administratif de Ouagadougou le 12 décembre dernier, sur le recours introduit par 5 partis politiques de l’opposition pour irrégularités criardes dans l’organisation des élections couplées, ont donné lieu à des révélations incroyables sur le comportement de certains militants et responsables du parti majoritaire. Le maire sortant de l’arrondissement de Nongremassom, Zakaria Sawadogo, se serait rendu coupable de pratiques dignes d’une autre époque. A écouter, les différents plaignants qui, preuves à l’appui, ont démontré que ce maire-là avait trempé dans des manipulations frauduleuses des élections. Toute chose qui est passible de poursuites judiciaires et de sanctions pénales selon le Code électoral.

"Nous rêvons d'un Burkina Faso où le pauvre suscite chez le riche, compassion et solidarité; où le faible bénéficie de la protection des forts; où la solidarité n'est pas seulement un slogan mais une valeur essentielle dans nos rapports avec les autres; où toute vie humaine est sacrée;...Lire la suite