Le Reporter

Le Reporter

E-mail: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Et pourtant, « tous les ingrédients de la chute étaient là »

bigoC’était il y a deux ans, en juillet 2012 : le diplomate français Laurent Bigot a fait scandale en annonçant la chute de Blaise Compaoré. Et six mois plus tard, il a été limogé de son poste Afrique de l’Ouest au Quai d’Orsay. Aujourd’hui, il vit au Maroc et travaille comme consultant sur l’Afrique subsaharienne. Suite à ces déboires, il s’était quelque peu éclipsé. A la faveur d’un entretien accordé à RFI le 9 décembre dernier, il est revenu au devant de la scène. Ses convictions restent intactes. Nous proposons un large extrait de cet entretien.

Que la lumière soit vite faite !

Norbert-Zongo1Alors que les nouvelles autorités burkinabè se sont engagées à mettre fin à l’impunité et à la corruption, Reporters sans frontières appelle à rouvrir une enquête sur la mort du journaliste Norbert Zongo, dont les coupables n’ont toujours pas été identifiés, près de 16 ans après les faits.

Déclaration de Saly - Sénégal

Les participants à l’atelier régional sur l’enquête et le rapportage de la corruption et du crime organisé dans le Sahel

 

JournalismeDu 24 au 27 novembre 2014, des journalistes d’investigation de 14 pays d'Afrique de l'Ouest et du Centre, ainsi que des journalistes de l’Amérique latine et de l’Europese sont réunis à Saly, au Sénégal,lors d’un atelier régional sur l’enquête et le rapportage de la corruption et le crime organisé dans le Sahel.

Me Prosper Farama, avocat à la Cour

« AdamaSagnon et Abdoulaye Barry étaient des avocats de François Compaoré »

faramaLe nom de Me Prosper Farama est intimement lié à certains dossiers emblématiques en souffrance ausein de la Justice burkinabè, tels que le dossier Thomas Sankara et le dossier Norbert Zongo. Combattant invétéré de l’injustice, il a été de tous les combats pour la manifestation de la justice dans ces grands dossiers. A un moment où le règne de Blaise Compaoré tendait outrancièrement vers la dérive, il n’avait pas hésité à élever la voix pour dire que ce dernier était devenu indigne de gouverner le Burkina Faso et appelé à une révolution populaire. Avec les événements de la fin octobre 2014, ayant obligé Blaise Compaoré à la fuite du pays et donné lieu à un régime de transition, c’est un Me Farama pratiquement toujours sur sa soif qu’il nous a été donné de rencontrer en fin de mois de novembre. Pour lui, la révolution entamée par le peuple est restée inachevée, les militaires l’ayant confisquée au dernier moment. De cette révolution inachevée, des suites à donner aux différents dossiers en instance, de l’avenir de la Justice ainsi que de bien d’autres sujets d’actualité, nous avons discuté à bâton rompu avec cet avocat à l’éloquence hors pair. Lisez

Justice au Burkina Faso

Quelles mesures urgentes pour restaurer la confiance ?

arnaudL’insurrection populaire d’octobre 2014 a décimé dans les flammes le palais de Justice de Bobo-dioulasso,comme d’autressymboles de la République – la Justice ne s’effondre jamais sans entraîner dans sa chutel’Etat lui-même. Maintenant que les braises de la fureur se sont éteintes, nous sommes tous attendus sur la nouvelle Justice que nous voulons bâtir, car ce qui fait les grandes nations, ce n’est pas ce qu’ellesjettent aux flammes de l’histoire mais ce qu’elles retirent des cendres. Restaurer la confiance en la Justice nous engagera sur deux chantiers urgents : solder les dossiers pendants et réhabiliter le justiciable comme la cible prioritaire des réformes.

Sortie de crise au Burkina Faso

Le regard d’un juriste

arnoLe 31 octobre 2014, une insurrection populaire contraignait Blaise COMPAORE à quitter le pouvoir d’Etat au Burkina Faso. Derrière la chronique des événements qui se sont accélérés ces derniers jours, se jouent à la fois le destin du droit et le destin de la nation.

Page 10 sur 26
"Nous rêvons d'un Burkina Faso où le pauvre suscite chez le riche, compassion et solidarité; où le faible bénéficie de la protection des forts; où la solidarité n'est pas seulement un slogan mais une valeur essentielle dans nos rapports avec les autres; où toute vie humaine est sacrée;...Lire la suite