Le Reporter

Le Reporter

E-mail: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Promotion minière, Edition 2012

Cafouillages organisationnels, opacité et micmacs !

promin Salif KLes lampions se sont éteints le 7 décembre dernier, à Ouagadougou, sur la 6e édition des Journées de promotion minière (PROMIN 2012), organisées par le ministère des Mines, des Carrières et de l’Energie. Du côté des organisateurs, c’est le satisfecit. La manifestation a, dit-on, été un total succès. On a fait de bonnes affaires et on se frotte les mains. Cependant, cette satisfaction débordante n’est pas partagée par l’ensemble des participants. En plus, un coup d’œil dans certains dossiers de l’organisation de la manif laisse voir des choses troublantes.

Fraude électorale

La désillusion !

urneDécidément, certains acteurs politiques burkinabé sont incorrigibles. Comme si la fraude leur était congénitale, ces politiciens sans vergogne n’ont une fois de plus pas dérogé à leur tradition, lors du scrutin du 2 décembre dernier. Ils ont encore rivalisé de prouesses pour ruser avec la démocratie. Ceux qui avaient naïvement cru que la biométrie pouvait y changer quelque chose l’ont appris à leurs dépens. Des bulletins prévotés, aux urnes parallèles, en passant par les tripatouillages de procès-verbaux, tout aura été vu au cours de ce scrutin.

Kokologho

Guerre fratricide autour d’une plantation de karité

blesseUne bataille sans merci oppose depuis quelques temps les ayants droit de feu Antoine Kaboré, dit Naaba Boulga, défunt Chef de Kokologho, à la mairie de cette commune rurale. Au cœur de ce conflit fratricide, une plantation de karité située dans ladite ville. Des visées des responsables municipaux sur ce terrain, considéré par les héritiers de Naaba Boulga comme leur propriété privée, sont à la base de cette affaire. Sur le terrain, l’atmosphère est préoccupante. La tension monte irrésistiblement. Et, l’affaire risque de dégénérer en heurts regrettables, si l’on n’y prend garde.

Ecroquerie aux Etats-unis

Zalissa, le fils de la députée, l’ambassadeur et les voitures

seydouZalissa Ouédraogo n’oubliera certainement pas de sitôt sa mésaventure avec Désiré Guigma, un jeune Burkinabè vivant aux Etats -Unis. Environ 3,8 millions FCFA. C’est le montant total qu’elle a expédié à Désiré pour lui acheter une voiture. Ce dernier l’avait convaincue qu’il connaissait un « bon circuit » de vente de voitures de bonne qualité.Presqu’une année d’attente et point de voiture, point de nouvelle de son « bienfaiteur ». Elle s’inquiète et cherche à comprendre. Elle découvre qu’elle n’est pas seule dans cette situation. Même l’ambassadeur du Burkina aux Etats- Unis, Seydou Bouda, est passé à la trappe de Désiré.

Editorial N°2000

52 ans pour le Burkina, 25 ans pour Blaise Compaoré !

blaiseLe Burkina Faso a commémoré le 11 décembre dernier, le 52 anniversaire de son accès à la souveraineté nationale et internationale. 52 ans pour le Burkina Faso, 25 ans de pouvoir pour Blaise Compaoré. Si l’on y ajoute les 4 années passées comme Numéro 2 de la Révolution, Blaise Compaoré aura passé au moment où il prononçait son discours à la nation le 10 décembre dernier, 29 ans au sommet de l’Etat. Et mieux, il n’a pas encore dit son dernier mot. Peut-être que d’ici le 11 décembre 2013, l’on saura si oui on non, le 56e anniversaire sera présidé par un nouveau Président.

Affaire lotissement à Zékounga

Quand le maire se sent obligé de se justifier

zongoDans notre dernière édition, nous faisions cas des controverses houleuses opposant les populations du village de Zékounga, situé non loin de Bassinko, dans l’arrondissement de Sig-Noghin, au maire de Tanghin-Dassouri, Adama Zongo, au sujet d’un projet de lotissement dans ledit village. «Village de Zékounga : le lotissement de tous les dangers», titrions-nous.

"Nous rêvons d'un Burkina Faso où le pauvre suscite chez le riche, compassion et solidarité; où le faible bénéficie de la protection des forts; où la solidarité n'est pas seulement un slogan mais une valeur essentielle dans nos rapports avec les autres; où toute vie humaine est sacrée;...Lire la suite