Aimé Nabaloum

Aimé Nabaloum

E-mail: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Ceci est une déclaration des signataires de l’Appel au sursaut républicain du 22 décembre 2015. Dans cette présente, Louis Armand Ouali et ses camarades cosignataires de l’appelle estiment que le temps leur a donné raison. Lisez! 

ouali

 

" AINSI DONC, NOTRE ANALYSE EST JUSTE…

 I – INTRODUCTION

En politique, plus qu’ailleurs, le leadership rime avec clairvoyance. Un leader politique c’est essentiellement, un responsable politique qui a la capacité de faire une juste analyse des situations conduisant à une vision prospective juste.

Le 22 décembre 2015, les signataires de l’appel au sursaut républicain ont pris date avec l’Histoire.

Convaincus que leur vision est juste, ils ont, sagement, attendu que les faits, le déroulement de l’Histoire confortent leur position.

Moins d’une année après, la quasi-totalité de la presse d’investigation confirme la justesse de leur analyse.

Lecture croisée de l’appel du 22 décembre 2015 et de la presse.

II – LA FAUSSE JUSTIFICATION DU POSITIONNEMENT DE L’UPC

« Exiger de l’UPC ou de toute autre parti membre de l’ex CFOP de se coaliser avec tout ou partie des partis politiques que l’ex CFOP a combattus et vaincus, pour que le Burkina Faso vive une démocratie (vraie ? moderne ?) exemplaire, relève d’un raisonnement politique singulier » ( cf l’appel au sursaut).

Dans sa livraison n°900 du lundi 10 octobre 2016, Bendré s’interroge : « Les insurgés et les victimes de l’insurrection, côte à côte, dans la même institution, en train de se battre pour l’enracinement de la démocratie, pour l’avènement d’une justice indépendante et d’une presse libre au Burkina ? ». Idrissa Ouédraogo conclut : » A l’allure ou vont les choses aujourd’hui, ceux-ci (les nombreux burkinabè qui n’y ont jamais cru) semblent bien avoir eu raison ».

Avant Bendré, Le Reporter ne disait pas autre chose dans son numéro 197 du 1er au 14 septembre 2016 : « l’opposition politique dans son ensemble est aujourd’hui un énorme piège pour son chef de file. En effet, comment continuer à prétendre être à la fois le porte étendard authentique des insurgés et en même temps de ceux qui ont été à la base de l’insurrection ? Comment être celui qui rassemble l’opposition dans toutes ses composantes tout en prétendant être un fidèle défenseur de l’insurrection que certains partis membres qualifient de coup d’Etat ?.... Cette gymnastique risque de lui porter fortement préjudice ».

III – LE CDP N’EST PAS MANIPULABLE

Pour les signataires de l’appel du 22 décembre 2015 : « Il ne faut pas se faire d’illusions. Dans toute alliance contre nature aucun parti politique, membre de l’ex CFOP, ne peut faire de l’ombre au CDP seul, à fortiori, au CDP et ses alliés ».

Pour nous donc, il a toujours été évident que « le CDP n’est pas dans la posture de jouer les seconds rôles » (L’Evénement n°334 du 25 septembre 2015). Pour Mutations, la situation est même plus grave : « La stratégie de rapprochement avec le CDP et ses alliés n’a visiblement pas profité à l’UPC…Zéphirin Diabré avait une marge de manœuvre étroite… Sa stratégie politique, profitait plus au CDP qu’à l’UPC. Le président de l’UPC ne veut plus prendre donc des risques pour compromettre ses chances et a certainement compris qu’il s’est laissé longtemps manipuler… » (numéro 111 du 15 au 31 octobre 2016).

Zéphirin Diabré s’est trompé lourdement. Sauf à croire que son objectif final consistait à utiliser le CDP et ses alliés pour la « conquête commune de certaines communes » (interview au Quotidien n°1745 du mercredi 7 septembre 2016).

Sur le positionnement de l’UPC et la force du CDP, les signataires de l’appel du 22 décembre 2015 soulignent « Il faut donc savoir raison gardée en respectant le CDP et ses alliés. Ils n’ont besoin d’aucun parti de l’ex CFOP pour constituer à l’Assemblée nationale, l’opposition parlementaire solide tant souhaitée par nous tous ».

C’est même mieux avec la naissance  du « troisième pôle du paysage politique burkinabè, la CODER (Coalition pour la Démocratie et la Réconciliation Nationale)(L’Evénement n° 336 du 25 octobre 2016).

IV – LA « CHUTE » DU MPP

« La chute »  du MPP, avec ou sans la complicité de tout ou partie des partis politiques de l’ex CFOP, ne profitera à AUCUN desdits partis et évidemment ne sera d’aucun bénéfice pour la sauvegarde de la mémoire des insurgés ».

Trois jours après, L’Evénement répond en écho à l’appel au sursaut : « L’échec du MPP ne profitera pas » à  l’UPC  (numéro n° 317 du 25 décembre 2015).

V – LE VRAI FAUX DEBAT SUR LA QUESTION DES PROGRAMMES

Nous avons tranché très clairement dans la déclaration datée du 22 décembre 2015 : «  …   Si c’est la volonté de servir les intérêts du peuple qui prédomine sur toutes autres considérations, une plateforme minimale pour gouverner ensemble peut être trouvée comme ce fut au CFOP ».

« Sur des questions fondamentales, ces deux partis (UPC et MPP) n’ont pas de divergences, ont vite conclu de nombreux insurgés…L’UPC n’allait pas faire mieux si elle était à la place du MPP » (Mutations n°108 du 1er au 14 septembre 2016).

VI – LE SERMENT DU CANDIDAT DIABRE

C’est le premier point de l’appel du 22 décembre 2015. Il est constitué des déclarations du candidat DIABRE relativement aux valeurs défendues par les martyrs de l’insurrection et au rôle historique des partis politiques qui s’en réclament. Les signataires l’ont supplié, sans succès, de s’en souvenir.

            Au lendemain de sa défaite, il a fait fi de ses propres déclarations et ce qui devait arriver arriva : « Lors des conférences de presse du CFOP, on sentait l’inconfort de Zéphirin Diabré face à certaines questions. L’homme hésitait entre l’adoption d’une posture qui pourra plaire aux insurgés et celle qui ne froissera pas ses nouveaux camarades issus de l’ex front républicain » (Bendré n°900). Pour Le Reporter : « Avec cette sortie, la coalition Zeph 2015 ne fait pas mieux que le pouvoir MPP. Tout comme le MPP, ils sont en train de verser la figure des insurgés par terre. Peut-on raisonnablement organiser une conférence nationale des insurgés sans le MPP ?... En quoi cette coalition incarne plus la défense des acquis de l’insurrection populaire que le MPP ? En tous les cas, la sauvegarde des acquis de l’insurrection ne saurait constituer un programme politique d’autant plus que le MPP soutient être engagé dans ce sens. Les insurgés dans leur grande majorité commencent à s’inquiéter de l’incapacité des acteurs à penser le changement en dehors de leur propre personne » (numéro 197). Dans son numéro 108, Mutations annonce ce « nouveau virage de Zeph » et le journaliste pose la question de savoir si avec cette conférence des insurgés annoncée le 26 août 2016, l’UPC arrivera à rompre son isolement dans la galaxie des insurgés. « Zéphirin Diabré reprend sa casquette d’insurgé. C’est une posture tellement rare chez lui qu’elle suscite de la curiosité  et des interrogations… Autre impaire politique commise par Zeph et son parti a consisté à s’éloigner des acteurs clés de l’insurrection populaire et de la défense des idéaux pour lesquels l’ancien pouvoir a été chassé… Avec cette annonce phare des vacances, organiser une rencontre des acteurs  de l’insurrection… Zéphirin Diabré tente d’inverser la tendance en sa faveur. Il essaie surtout de sortir d’un triple isolement dans lequel il a placé son parti depuis des mois. D’abord vis-à-vis de ses anciens alliés du CFOP… Autre isolement, c’est vis-à-vis de l’opinion publique…De nombreux insurgés, membres ou non des OSC reprochent à l’UPC d’avoir aussi déserté le terrain de la lutte…Enfin, un autre isolement et non des moindres, c’est avec une bonne partie des militants et cadres du parti qui sont mal à l’aise avec le positionnement de l’UPC dans l’espace politique actuel…Même si les instances du parti ont tranché en faveur du maintien du parti dans l’opposition, la question a beaucoup ébranlé le parti…Maintenant, il reste à savoir si Zeph pourra réellement rassembler autour de lui les acteurs clés de l’insurrection… La plupart des OSC ne semblent pas enthousiastes. Elles se voient vilipendées par le président de l’UPC qui les accuse toutes de rouler pour le pouvoir. Il insinue même qu’elles ont été achetées ».

La grossière tentative de récupération politique du président de l’UPC a échoué. Encore un échec.

VII – ALORS QUID DE 2020 ?

Zéphirin Diabré lui-même a tranché.

La douzaine de partis et de formations politiques qui constituent avec l’UPC la Coalition des Forces Démocratiques pour un vrai Changement (CFDC) a présenté des listes dans 22 communes sur les 365 et obtenu…. Dix-sept (17) sièges sur les dix-neuf mille cent cinquante-deux (19.152).

Aucun de ces partis n’a présenté de candidat à l’élection présidentielle du 29 novembre 2015 et aucun n’est représenté à l’Assemblée nationale.

Avec une telle puissance de frappe politique (en voie d’élargissement ?), le candidat naturel de l’UPC, Zéphirin Diabré, est assuré de remporter l’élection présidentielle en 2020.

Sauf que le candidat lui-même ne se fait aucune illusion. A plusieurs reprises, Zéphirin Diabré n’a cessé de souligner que : « si à part moi, deux ou trois autres candidats de l’ex opposition avaient réussi à fidéliser un électorat à hauteur de seulement de 5% des suffrages, il y aurait eu un deuxième tour » (Le Quotidien n°1745 du 7 septembre 2016). Au mois d’octobre, le même Diabré (sans égards pour ses alliés) enfonce le clou : »Quand on regarde le score à la présidentielle, ça dégringole avec des zéros ou des « un virgule quelque chose ». Cela dénote d’un manque de représentativité… » (L’Observateur Paalga n°9226 du 21 au 23 octobre 2016).

Quel membre de la coalition peut « fidéliser un électorat à hauteur de seulement 5%  des suffrages? »  Lequel peut éviter que les scores à la présidentielle ne dégringolent avec des zéros ou des « un virgule quelque chose » ? Par ailleurs, pourquoi Diabré a-t-il choisi un chef de parti qui a obtenu zéro conseiller  municipal pour représenter l’opposition extra-parlementaire à la CENI ? Pourquoi a-t-il ignoré ses soutiens extra-parlementaires qui ont obtenu les 17 sièges ?

Comme en plus Zéphirin Diabré, dans l’interview reconnait que du point de vue de l’implantation, l’UPC est « en retard vis-à-vis de MPP qui a récupéré 80% du CDP », que l’UPC  était « en deçà du niveau du MPP » en matière de mobilisation financière, etc, autant dire que pour 2020, les jeux ne sont pas loin d’être faits, à moins  d’un …miracle.

VIII – EN GUISE DE CONCLUSION

A moins que les directeurs de publication et les journalistes de Bendré, L’Evénement, Mutations, L’Opinion, Le Reporter ne « s’agitent pour des raisons alimentaires » ou que « les responsables du MPP n’aient « fermé  leur gueule » (cf l’Opinion n°962 du 08 au 14 septembre 2016), il faut se rendre à l’évidence :

8-1 : « L’UPC ne fait plus rêver la jeunesse et tous ceux qui croyaient à la ligne de rupture de ce parti » (Mutations n°102). « Le parti du lion » ne fait plus rêver avec ses élus et ses militants épinglés dans des scandales financiers, dans des fautes de gestion » (Mutations n°107).

8-2 : « Zéphirin Diabré est dans une posture politique très difficile, voire délicate….un véritable dilemme ; une posture qui engage son avenir politique » (Le faso.net du 08 septembre 2016).

8-3 : L’Opinion est impitoyable dans son numéro 962 : « On le pensait plus politique, réfléchi et rassembleur, mais Zéphirin Diabré ne cessera de dérouter les burkinabè, démocrates convaincus, baladant les uns et les autres sur la stature réelle à lui conférer ».

8-4 : « Au risque de provoquer la colère de certains politiciens qui n’existent que par les déclarations et les conférences de presse, l’on peut affirmer que Zéphirin Diabré n’a pas encore tiré leçon de son échec à la présidentielle de 2015. Il n’y a pas l’ombre d’un doute ! Il faut craindre qu’il ne continue à détruire le peu de crédibilité qui lui reste…Avec une telle coalition, Zéphirin Diabré ne peut espérer mieux que d’être un expert de la critique et de l’opposition systématique » (Le Reporter numéro 197), autrement dit « un docteur es management des oppositions » (Journal du jeudi n°1302 du 1er au 06 septembre 2016).

8 -5 : Pour rebondir, Zéphirin Diabré peut-il espérer une sortie honorable sous la forme d’un hypothétique gouvernement d’union nationale ? Raisonnablement, rien de moins sûr car « la nation n’est pas en péril » (Le Reporter numéro 199).

8 – 6 : Pourra-t-il se transcender et avec humilité entendre et écouter les sages conseils de Boubacar Elhadji (Bendré numéro 899 du 03 octobre 2016) ?  

8 – 7 : « Absence de véritable vision politique, obsession du pouvoir, maladresses, hésitations, ruses, passivité, inconséquence, incohérence, inconstance, manque de lisibilité, refus de s’assumer, double langage, précipitation, etc » Bref, l’UPC est devenue un…immense gâchis politique.

8 -8 : « Sauf à vouloir entrer dans l’Histoire à reculons, la place de l’UPC est et demeure aux côtés du MPP », ont conclu les signataires de l’appel au sursaut républicain. Comme le MPP au pouvoir, c’est le faux changement, logiquement  l’UPC œuvrera à le vaincre pour asseoir le vrai changement. La tâche s’annonce titanesque. Le doute commence à s’installer. Pour les plus lucides, le découragement n’est pas loin.

8 -9 : L’appel au sursaut républicain du 22 décembre 2015 avait pour seul objectif de prévenir et éviter cet énorme gâchis politique qu’est devenue l’UPC.

L’Histoire a acquitté les signataires de l’Appel. Ils sont donc plus déterminés que jamais à continuer le combat pour l’avènement d’une démocratie républicaine et citoyenne.

Ils ont élargi la réflexion et l’action à TOUS les démocrates et progressistes qui aiment le Burkina Faso."

Ouagadougou, le 7 novembre 2016

Pour les signataires : Louis Armand Mihyemba OUALI

IMG 4546Ceci un communiqué de presse de l’UCP à propos de l’insécurité dans le pays. Le parti du chef de file de l’opposition politique (CFOP) invite le pouvoir à rechercher les causes profondes de ces attaques sans passion ni haine. Lisez

A travers une sortie médiatique des autorités en charge de la sécurité intérieure, l’UPC, comme tous les Burkinabè, a appris qu’un coup d’Etat qui était sensé avoir  lieu le 08 octobre dernier, aurait  été déjoué.

En attendant d’avoir des informations plus précises sur cette affaire qui a mis tous les Burkinabè en émoi, l’UPC réaffirme ici sa condamnation ferme de toute tentative de prise de pouvoir par la force, d’où qu’elle vienne. Elle redit son attachement indéfectible à l’Etat de droit et au respect de l’ordre constitutionnel.

L’UPC note avec un profond regret que cette annonce des autorités se fait au moment où notre pays enregistre plusieurs attaques et troubles à l’ordre public en ce mois d’octobre,  sur le pont Nazinon, à Intagom, à Kéréboulé et au quartier Kilwin de Ouagadougou. Cette situation d’insécurité chronique inquiète sérieusement les populations.

Ayant déjà fait des propositions au gouvernement et qui sont restées sans suite, l’UPC  insiste pour inviter  le pouvoir en place à rechercher les causes profondes de ces attaques sans passion ni haine, afin d'y apporter les remèdes à la hauteur de la situation. Elle exhorte les autorités à faire de l’équipement de nos forces de défense et sécurité une priorité absolue, et de l’efficacité de nos services de renseignement un souci permanent.

L’UPC salue la mémoire de nos soldats tombés au combat, victimes d’une barbarie inqualifiable. Elle réitère son soutien à  nos forces de défense et de sécurité et invite le peuple tout entier à signaler tout mouvement suspect aux autorités compétentes.

Ouagadougou, le 24 octobre 2016

Pour le Bureau Politique National de l’UPC

Le Secrétaire national chargé de la défense et de la sécurité

Colonel à la retraite Lona Charles OUATTARA

CBC

OTRAF

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La coalition des organisations socioprofessionnelles de transporteurs routiers du Burkina (COTRA-B) a organisé ce 22 octobre 2016 une conférence de presse autour d’un certain nombre de difficultés que ses membres rencontrent dans le cadre de leurs activités. La principale pomme de discorde, le fret et le « bon de chargement » ; et la COTRA-B pointe du doigt l’OTRAF, principale instigatrice de leurs soucis et cela dans le silence absolu du ministère en charge des Transports.

L’inadmissible, c’est la gestion faite du fret. Les transporteurs regroupés au sein de la COTRA-B ne sont pas contents de la gestion qui est faite de la chaine du transport et du chargement. Il y a comme une gestion mafieuse du fret dans les différents ports du Ghana : cas du port de Tema (Ghana) par exemple. « La gestion opaque de ce fret, qui induit « la vie chère au Burkina » en tout cas, constitue l’une des raisons fondamentales de la cherté de la vie (…) expliquent les responsables de la COTRA-B. Mais comment en est-on arrivé à pareille situation ? Selon les animateurs de la conférence de presse toujours, « le CBC, pour obliger l’importateur ou son représentant à payer des sommes illicites, a institué un document parfaitement inutile (pour dit-il des besoins de statistiques) intitulé bon de chargement que l’on dit délivré gratuitement mais en réalité : le CBC perçoit 12 500 F pour commencer le processus de délivrance de ce 

fameux document. Ensuite, il vous envoie à l’OTRAF qui vous déleste de 10 000 F d’abord avec un reçu même si vous n’êtes pas affilié à ce syndicat et même si l’on estime que l’adhésion à tout syndicat est libre ; ce couple (ndlr : OTRAF/CBC) n’en a cure, et 50 000 F pour frais de « coxeur » sans reçu ». Voici ce que dénonce la COTRA-B. Pour ce regroupement, ce sont de faramineuses sommes qui sont perçues indûment par l’OTRAF et le CBC.

ph DR

Hermann Nikièma qui évolue dans le transport a expliqué qu’au début, le ministère des Transports en instituant le document a précisé qu’il devait être gratuit. Puis curieusement, c’est l’OTRAF qui délivre le document avec l’entête du CBC et avec un coût de 10 000 F. Ainsi, pour la période du 1er janvier au 31 juillet 2016, 54 000nchargements ont été opérés dans les différents ports en direction du Burkina. En tout, ce serait environ 3 915 000 000 FCFA qui ont été perçus par le CBC et l’OTRAF. Les transporteurs ont fait part de leur mécontentement aux responsables du CBC au moins depuis 15 juin 2016, mais leurs interpellations restent sans réponse. Et pourtant, selon les membres de la COTRA-B, les autorités portuaires au Ghana ne reconnaissent pas « le bon chargement » du Burkina. Pour régler définitivement la question, une rencontre a eu lieu entre de hautes autorités burkinabè et ghanéennes en charge du transport sur la question et décision avait été prise, consignée dans un document unique que le fameux bon de chargement devait disparaitre. Malgré tout, la pratique se poursuit, « l’OTRAF est toujours sur le goudron entrain de contrôler le bon de chargement » révèle Hermann Nikièma. Chose que la COTRA-B réfute et ne se l’explique pas.

L’OTRAF, le plus ancien des syndicats de transporteurs a visiblement maille à partir avec les autres syndicats qui estiment qu’elle ne joue plus le rôle de syndicat mais travaille à détruire tous autres transporteurs n’étant pas un de ses membres. Il est aussi à relever que certaines sociétés qui sont dans la logistique ont initié une plainte contre l’OTRAF. Affaire à suivre ! 

IMG 4506 Le 08 Octobre 2016, nos forces de défense et  de sécurité ont mis la main sur des éléments de l’ex- Régiment de Sécurité Présidentielle(RSP), garde prétorienne de l’ex- président  Blaise Compaoré bouté hors du pouvoir par l’insurrection populaire des 30/31 octobre 2014. Ces derniers qui se sont livrés à une tentative d’attaque contre la sécurité ont été déjoués.

Loin d’être anodin, ce fait s’est révélé être un des épisodes d’un grand complot ourdit par un groupe plus large d’éléments de l’ex- RSP contre les institutions de la république et contre l’armée. Des sources de la sécurité nationale rendues publiques, il s’est agi en effet d’une tentative de déstabilisation et de prise du pouvoir par les armes. Alors même que notre peuple venait de marquer le douloureux souvenir d’un an du putsch ignoble, barbare et inopportun avorté des 16/17 septembre 2015, ce groupe d’irréductibles putschistes vient à nouveau remuer dans la plaie non encore cicatrisée infligée au peuple. Le caractère aventuriste et grossier de ce nouveau plan montre sans aucun doute que ces éléments et leurs commanditaires ne reculent devant rien pour reconquérir leur paradis perdu. Les connexions et les moyens financiers mis en jeu laissent également apparaître qu’il ne s’agit pas là d’un acte isolé de soldats de rang subalterne mais plutôt d’un échafaudage conçu et actionné par ceux que notre peuple a rejetés les 30 et 31 octobre 2014.

Le Mouvement du Peuple pour le Progrès, analysant en profondeur la situation nationale dans ses récents développements, constate que ces actes se déroulent au moment précis où le camp de Blaise Compaoré tente de renaitre de ses cendres en redéployant son ancien front dit républicain sous la nouvelle dénomination de Coalition pour la démocratie et la réconciliation nationale (CODER), avec pour mot d’ordre principal une prétendue réconciliation nationale qui ne signifie ni plus ni moins que la libération sans condition et sans jugement des putschistes détenus et tous les auteurs présumés de crimes de sang et de crimes économiques du régime déchu. Toutes ces gesticulations ne visent qu’un seul objectif, endormir le peuple pour mieux se venger de leurs échecs et porter ainsi un coup d’arrêt à son aspiration légitime à la véritable démocratie et au progrès.

            La récente intention des soldats de l’ex- RSP de s’attaquer aux garnisons militaires où sont détenus les putschistes confirme qu’il s’agit là d’initiatives coordonnées, civiles et militaires, concourant aux mêmes objectifs à savoir libérer leurs chefs détenus et restaurer l’ordre ancien. En cela, la parution suspecte il y a quelques jours de leur chef suprême Blaise Compaoré sur les écrans de télévision n’est certainement pas un fait du hasard.  

            Le récit des évènements précise d’ailleurs que certains soldats de l’ex RSP seraient venus de l’étranger pour se livrer directement à leur basse besogne, munis de matériels et d’importantes sommes d’argent, preuves supplémentaires des connexions entretenues entre eux et leurs maîtres en exil.

Le moment pour cela était bien choisi par eux, la période dans laquelle le Burkina Faso s’apprête à commémorer l’an II de la victoire de l’insurrection populaire des 30/31 octobre 2014.

            Peuple du BURKINA FASO,

Devant la gravité d’une telle situation qui constitue une nouvelle menace contre les fondements de la république, la démocratie et une énième tentative de remise en cause des acquis de l’insurrection populaire, le Mouvement du Peuple pour le Progrès condamne fermement la tentative de coup d’état et exige que ses auteurs, commanditaires et exécutants soient tous détectés et punis à la hauteur de leurs forfaits.

            Le MPP félicite les forces de défense et de sécurité qui ont su mettre en déroute, avant qu’elle n’endeuille à nouveau notre peuple par un autre bain de sang, cette tentative aventuriste et déraisonnée. Le MPP encourage les enquêteurs à poursuivre leurs recherches, aussi bien dans le milieu militaire que civil, afin de mettre en lumière toutes les connexions et d’en établir les preuves. Au regard de la situation nationale, dans ses récentes évolutions, le MPP estime en effet que beaucoup de choses restent à découvrir, afin que toute la vérité soit établie et que notre peuple puisse en tirer toutes les conséquences.

            Au regard des faits répétitifs du genre dans lesquels la responsabilité des mêmes personnes est clairement établie, le MPP demande au gouvernement et à la justice de passer à la vitesse supérieure dans les sanctions à appliquer à leur encontre et qui sont de leurs ressorts respectifs. En particulier en ce qui concerne la justice, le MPP exige l’accélération de toutes les procédures devant aboutir au jugement de tous les criminels et putschistes contre la république.

Le MPP appelle toutes les couches sociales du peuple burkinabè à se mobiliser, comme hier, pour faire échec à cette nouvelle tentative de déstabilisation, défendre les acquis de l’insurrection populaire, défendre et consolider les institutions légitimes démocratiquement établies.

            Le MPP félicite le peuple burkinabè pour sa contribution inestimable à la sécurité du pays, l’invite à persévérer dans la vigilance afin de dénoncer et mettre en déroute tous les aventuriers où qu’ils se tapissent, l’invite enfin à observer la plus grande prudence vis-à-vis des campagnes d’intoxication et manœuvres de tous genres orchestrées par ces personnes à travers les médias, notamment les réseaux sociaux.

Le MPP appelle le peuple burkinabè, de toutes sensibilités politiques, à l’union sacrée autour de la démocratie et de la République pour engager résolument notre pays à la quête de l’avenir.

Démocratie-Egalité-Progrès !

Ouagadougou le 23 Octobre 2016

Pour le Mouvement du Peuple pour le Progrès(MPP),

Le Président par intérim

Salifou DIALLO

logo adrL’Alliance des démocrates révolutionnaires (ADR) suspend sa participation aux activités du chef de file de l’opposition politique au Burkina Faso à compter du lundi 8 août 2016.

Camarades militantes et militants de l’ADR,

Camarades sympathisantes et sympathisants de l’ADR,

Peuple révolutionnaire du Burkina Faso,

Suite à la suspension officielle du parti aux activités du Chef de file de l’Opposition politique au Burkina Faso, le Présidium suprême de la révolution(PSR) de l’Alliance des démocrates révolutionnaires a décidé à sa session du dimanche 16 octobre 2016 de rendre publique ce jour, vendredi 21 octobre 2016, la lettre N°2016-0017/ADR/PSR du 07 août 2016.

Monsieur le Chef de file de l’Opposition politique,

                Je viens par la présente vous informer que notre parti,  l’Alliance des démocrates révolutionnaires (ADR)  a décidé lors de la session de son présidium  du 4 août 2016 de suspendre à compter de ce lundi 8 août 2016, sa participation aux activités du Chef de file de l’Opposition politique (CFOP) au regard de l’argumentaire contenu dans le document joint en annexe.              

                Tout en vous souhaitant bonne réception, je vous prie d’accepter, monsieur le Chef de file de l’Opposition politique, mes respects dus à votre rang.

PJ : Raisons de la suspension de la participation de l’ADR aux activités du Chef de file de l’opposition politique

Ampliations :                                                                                                                                      Ouagadougou, 07 août  2016.

 

-CAB/CFOP      -PSR/ADR-ARCHIVES/CHRONO                                                                                            

Pour le Présidium suprême de la révolution,

    Le Premier membre                                                                                                                                                                                   Boucolou SENI                                                                                                                                                                            

Camarades,

Il reste entendu que l’Alliance des démocrates révolutionnaires en tant que Parti marxiste-léniniste, est et demeure un parti d’Opposition suivant DECISION n° 2016-001/ADR/PSR du 28 février 2016 portant appartenance de l’Alliance des  démocrates révolutionnaires (ADR) à l’Opposition politique, tenant lieu de déclaration d’appartenance de notre Parti à l’Opposition politique.

En conséquence, le PSR de l’ADR vous exhorte à redoubler de vigilance et continuer à vous battre pour l’avènement d’une véritable révolution qui viendra des masses elles-mêmes.

Ouagadougou, 21 octobre  2016.

                                                                                              Pour le Présidium suprême de la révolution,

                                                                                              Le Premier membre

                                                                                                                      Boucolou SENI

RAISONS DE LA SUSPENSIONDE LA PARTICIPATION DE L’ALLIANCE DES  DEMOCRATES REVOLUTIONNAIRES (ADR) AUX ACTIVITES DU CHEF DE FILE DE L’OPPOSITION POLITIQUE(CFOP)

  1. De la recomposition du CFOP après les élections couplées de novembre 2015

            Après les élections couplées de novembre 2015 et au regard de la loi n° 046-2013/AN du 17 décembre 2013 portant modification de la loi n° 009-2009/AN du 14 avril 2009 portant statut de l’opposition politique, les partis n’ayant pas acquis la majorité des députés à l’Assemblée nationale se sont retrouvés dans  l’opposition à l’exception de ceux qui ont  décidé librement de cheminer avec la majorité parlementaire. Suivant cette logique et ne voyant aucun lien ni idéologique ni politique ni même de la conception et de la perception  des valeurs de la vie avec le Mouvement du peuple pour le progrès (MPP),  l’Alliance des démocrates révolutionnaires (ADR) qui n’avait aucun intérêt à coaliser ni à pactiser avec ce parti qui venait de remporter les élections de façon étonnante et surprenante  se sentait néanmoins  très gênée  de composer dans l’opposition avec ceux qui, jusqu’à la date de l’insurrection, ont  déifié  Blaise COMPAORE en  le soutenant aveuglément contre la volonté de notre peuple qui avait rejeté avec fermeté la révision de l’article 37 de la Constitution, l’organisation d’un référendum et la mise en place d’un sénat aux ordres d’un individu et de sa famille. Une telle situation qui a mis mal à l’aise notre parti nous avait amenés à mener le débat à l’interne pour statuer sur la position à arrêter et qui était de nous tenir à distance vis-à-vis des deux entités politiques. Toutefois, les modérés du groupe dont le camarade Bruno NABALOUM ont estimé que pour demeurer républicains, il nous fallait évoluer dans une institution et c’est ainsi que finalement, il a été décidé que pour en finir avec le système COMPAORE, nous devions nous éloigner du MPP ; d’où l’affiliation de l’ADR au Chef de file de l’opposition politique.

  1. De la place accordée aux partis politiques membres du CFOP

            En toute sincérité, il est indécent de voir en moins de deux ans des individus, qu’ils aient créé de nouveaux partis ou qu’ils soient restés au Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP), dont la détermination a été de lutter farouchement et contre tout bon sens pour le maintien de Blaise COMPAORE au pouvoir après son dernier mandat qui devait prendre fin en 2015, jouer les premiers rôles au CFOP au détriment de ceux qui se sont battus pour apporter le changement de régime dans notre pays. Lors des conférences de presse, les anciens dignitaires occupent des places qui ne sont pas les leurs pour peu qu’on soit juste et honnête pour le reconnaître. Et le comble, lorsqu’ils prennent la parole, comme des amnésiques, ces gens-là balaient d’un revers de main leur propre passé et cela rend complices tous ceux qui, hier encore, leur tenaient tête face à leurs dérives autoritaires et  schizophréniques. Pendant ce temps ceux qui disaient non à Blaise et à ces mêmes ouailles ne sont plus que l’ombre d’eux-mêmes parce que considérés comme des seconds couteaux après les élections de novembre 2015. Mais à moins d’être coupé de l’opinion publique, l’on doit savoir que la majorité des Burkinabè pensent que l’opposition est très  mal placée pour critiquer le pouvoir ou pour relever certaines anomalies. Tout compte fait, les gens de l’ex-parti au pouvoir ont rejoint les opposants légendaires dont ils ont usurpé la place et cela est plus que désolant.

  1. Du clanisme révoltant au sein du CFOP

            Le constat à ce niveau est clair et inquiétant. En effet, lorsqu’il a été question de désigner des représentants du CFOP pour siéger dans la commission constitutionnelle, monsieur Zéphirin DIABRE n’a fait qu’envoyer les membres de la « coalition Zeph 2015 » et ceux de l’ex-majorité au pouvoir. Et pour donner l’impression de n’avoir pas fait dans du clanisme, il a désigné monsieur Victorien TOUGOUMA, candidat aux présidentielles de 2015 pour compléter sa liste. Au décompte, sans risque de nous tromper, nous dirons que le premier responsable du CFOP a copté ses nouveaux alliés et les membres de sa coalition pour aller dans la commission constitutionnelle en adjoignant un candidat aux présidentielles pour acquit de conscience alors qu’il a usé d’un pouvoir discrétionnaire pour le faire au détriment d’un consensus consécutif à un débat franc qu’on aurait dû mener.

         Une autre bévue a été le choix des commissaires pour la Commission électorale nationale indépendante (CENI). Là, monsieur DIABRE s’est octroyé deux (2) postes, a donné deux (2) également à ses nouveaux alliés, et par une technique dont seul il a le secret, il a refilé le cinquième poste à un de sa coalition qui plus est, se trouve être son parent. Nous le soulignons parce que ce dernier (Idrissa DARGA) ne répondait pas aux critères préalablement proposés(le poids politique du parti et la compétence du candidat) lors de l’assemblée générale des chefs de partis du mardi 28 juin 2016 et rappelés le jour de l’annonce du choix du commissaire de l’opposition extraparlementaire à la CENI, le jeudi 14 juillet 2016. Si concernant l’argument du poids politique selon les chiffres des dernières élections on semble avoir appliqué une règle aux  partis parlementaires (même si c’est discutable), le cas des partis extraparlementaires a connu un dénouement malhonnête que nous ne pouvons pas ne pas relever.

 Pour rappel, notre parti a régulièrement pris part aux différentes compétitions municipales depuis la communalisation intégrale assorties de résultats probants (conduite de la commune rurale de Bougnounou de 2006 à 2012 ; 18 conseillers municipaux dans les communes rurales de Bakata, Bougnounou et Gao aux municipales de 2012 et 15 conseillers municipaux dans les communes rurales de Bougnounou,Didyr et Téma-Bokin aux dernières municipales dans le cadre de l’Union des Révolutionnaires pour le Faso(UREFA).

         Il importe également de mentionner quelques faits troublants lors de l’annonce du choix du commissaire de l’opposition extraparlementaire à la CENI :

  • Sur demande d’un candidat qui voulait savoir davantage quels étaient les autres candidats au poste du commissaire de l’opposition extraparlementaire, le représentant du CFOP en la personne de monsieur Jean-Hubert BAZIE  resta muet ;
  • Concernant l’explication des critères politique et technique ayant prévalu au choix dudit commissaire, monsieur Jean-Hubert BAZIE, incapable de fournir la moindre réponse, piqua une colère noire des plus inouïes; une telle attitude obligea toute personne ayant un esprit de suite de s’abstenir à prendre la parole pour la suite du théâtre.

         De toute évidence, monsieur DIABRE se comporte en vrai politicien en cherchant à écarter les autres pour mettre sur orbite ses alliés et ses partisans au détriment de ceux qui se sont battus dans les anciens CFOP avec courage, lucidité et dignité pour une avancée démocratique dans notre pays. Nous avions refusé les arguments de certains de nos camarades qui ont rejoint la majorité à propos du premier responsable du CFOP mais aujourd’hui il nous semble qu’ils avaient compris très vite des choses inavouables.

  1. Des contributions de chaque parti à la marche du CFOP

            Comme nous l’avons souligné plus haut, le CFOP n’est pas né après l’insurrection mais bien avant et à ce titre, il n’est pas logique que ceux qui ont rejoint le CFOP après avoir coulé avec le navire du pouvoir déchu viennent supplanter ceux-là parce qu’ils ont eu plus de députés ou qu’ils ont plus de moyens financiers dont l’origine dans un Etat révolutionnaire futur devra être élucidée car des fonctionnaires burkinabè ne peuvent pas compter honnêtement autant d’argent dans leurs comptes personnels. Cette tabula rasa relève de la mauvaise foi ou alors constitue un acte délibéré de nuire à autrui en dépit de ses compétences avérées.

         A l’ADR, nous considérons que notre contribution à travers la participation active et régulière du camarade Bruno NABALOUM a au moins la même valeur que celle financière d’un parti qui donne de l’argent alors que sur le terrain il est inexistant. De la commission ad hoc portant statut du personnel du CFOP à la coordination nationale des Comités contre le référendum (CCR) en passant par la représentation du président Zéphirin DIABRE comme CFOP à des cérémonies officielles ainsi que la participation aux débats radiodiffusés ou télévisés et aux pourparlers avec les émissaires de la CEDEAO, de l’UA et du Secrétaire général de l’ONU pendant l’insurrection populaire,  le camarade Bruno NABALOUM s’est acquitté avec satisfaction des missions à lui confiées au temps fort de la lutte du CFOP contre la révision de l’article 37 de notre Constitution, le référendum et la mise en place du Sénat. De ce point de vue, l’ADR se félicite de la qualité de sa participation à travers le camarade Bruno NABALOUM au plan institutionnel et de ses militants à la base dans les secteurs de la ville de Ouagadougou et dans les provinces où notre parti est représenté. Et quand l’insurrection est survenue, dans un souci d’équité, la commission ad hoc mise en place pour définir les critères de désignation des membres de l’ex-CFOP devant siéger dans certains organes de la transition politique avait fait des propositions objectives que les arrivistes et chercheurs de postes ont battues en brèche par après. Nous nous rappelons que l’un des acteurs clés de cette commission était le camarade Bruno NABALOUM.

  1. Que retenir de ce qui précède ?

            Au regard des choix que nous jugeons arbitraires pour les différentes commissions sous votre nouveau mandat de CFOP, il y a des raisons d’inquiétude au niveau de l’ADR. Vous estimez malheureusement que le CDP est votre allié naturel et que c’est un parti qui travaille sur des chiffres alors que quand il voulait réviser l’article 37 au moment où il était au pouvoir, il était majoritaire à tout point de vue mais vous n’avez pas accepté leurs manœuvres. Pour revenir par exemple au choix des commissaires de la CENI, vous avez donné quatre places aux partis représentés à l’Assemblée nationale selon leurs scores aux dernières élections et une seule place aux extraparlementaires sauf que là, le même principe n’a pas été appliqué. Les critères retenus seraient la compétence et le poids politique du parti pour la désignation du commissaire des partis extraparlementaires. Or il se trouve que celui qui a été choisi est loin de répondre à ces critères et sans faire du narcissisme, nous estimons que le candidat de notre parti a les atouts nécessaires pour siéger à la place de votre poulain qui, curieusement, est un de vos parents (et vous ne pouvez pas nous convaincre du contraire !). Retenez surtout que si nous étions friands de postes, nous vous aurions fait la cour depuis le début mais là, nous avons compté sur l’objectivité alors que nous n’étions pas sur les mêmes longueurs d’onde. Vous aurez remarqué que quand nous avons compris qu’il se tramait des choses bizarres, nous avons effectué un déplacement avec la direction du parti et n’avons pas laissé un individu aller vous rencontrer afin que vous sachiez que chez nous c’est le parti et non l’individu qui compte. Comprenez que nous n’avons pas contesté votre statut de responsable de CFOP parce que c’est sur la base d’une loi républicaine mais concernant la gestion interne c’est notre droit de revendiquer. Car si ladite loi disait que vous aviez systématiquement droit à des commissaires, nous n’aurions rien dit. C’est donc dans cet esprit et dans cet esprit seulement que nous réagissons puisque le chef de file de l’opposition politique n’est pas le chef de l’opposition. En conséquence, l’ADR estime ne plus continuer à subir des injustices qu’elle a combattues sous le régime COMPAORE avec toute la ferveur révolutionnaire qu’on lui connait. Notre parti a décidé lors de la session de son présidium  du 4 août 2016 de suspendre à compter du lundi 8 août 2016 sa participation aux activités du CFOP et à continuer à se battre pour l’avènement d’une véritable révolution qui viendra des masses elles-mêmes.

Ampliations :                        Ouagadougou, 07 août  2016.

-   CAB/CFOP

-   PSR/ADR

-   ARCHIVES/CHRONO

                                   Pour le Présidium suprême de la révolution,

                                   Le Premier membre

                                                     

                                             Boucolou SENI

rspLe samedi 8 octobre 2016, le poste de Gendarmerie de Nazinon à Po a intercepté au cours d’un contrôle de routine quatre (4) individus qui avaient des comportements suspects mais que les gendarmes ont pris pour des coupeurs de route, du fait de nombreux lots d’amulettes et de gris-gris qu’ils transportaient dans leurs sacs. Au cours de leur transfèrement à la Brigade territoriale de Po pour une vérification approfondie d'identités, ils ont tenté de retirer les armes des gendarmes qui les y conduisaient. Pendant la lutte, deux (2) d'entre eux ont trouvé la mort et un gendarme a reçu une balle au ventre.
Des auditions menées à l'issue de ce forfait, il ressort que les quatre (4) suspects sont un groupe de militaires de l'Ex RSP dont trois (3) sont des déserteurs recherchés pour leur participation dans l’attaque de la poudrière de l’armée à Yimdi en janvier 2016, et qui revenaient d’un pays voisin pour participer à une action d’atteinte à la sureté de l'état.
En effet, à la suite des investigations menées, les enquêteurs de la Police Judiciaire ont découvert la préparation en cours d’un vaste complot qui visait la déstabilisation des institutions de la république et la prise du pouvoir par la force des armes.

QUELLES ETAIENT L’INTENTION ET LE PLAN D’ACTION DE CES COMPLOTEURS?
Selon les dénonciations, suivies d’explications faites par certains membres du groupe et corroborées par d’autres EX RSP contactés par les organisateurs de cette action déstabilisatrice mais qui ont refusé d’y adhérer , l'adjudant-chef Coulibaly Gaston, secondé par le sergent Zerbo Kalifa et le soldat de 1ere classe Yelemou Issaka, tous de l’Ex RSP, ont travaillé à recruter une trentaine de militaires ex RSP à qui ils ont tenté de faire croire que l’armée et les autres militaires les marginalisaient dans les corps de troupe. Alors, sur cette base et avec l’argent qu’ils leur donnaient ou promettaient, certains ont adhéré au projet d'attenter à la sureté de l'état.

C'est ainsi que plusieurs réunions ont été tenues à Ouagadougou et dans d'autres garnisons pour échafauder la manœuvre.
Les objectifs de ce groupe d’environ 30 hommes, composés essentiellement de sous-officiers et de militaires de rangs de l’EX RSP étaient:
- d’attaquer la caserne de la Gendarmerie à Ouagadougou;
- d’attaquer la maison d’arrêt et de correction des Armées (MACA) pour libérer les détenus ;
- de séquestrer certaines autorités ;
- de s’attaquer à la Présidence à Kossyam pour prendre le pouvoir par les armes.
L’opération devrait avoir lieu le samedi 8 octobre à minuit.
Suite à la mort des deux (2) Hommes du noyau dur du groupe, tombés à Po qui venaient en renfort d’un pays voisin, le sieur Coulibaly Gaston, chef des opérations, a décidé de la mise en œuvre d’un plan B qui consistait à créer une mutinerie dans l'Armée.
Pour ce faire, ses éléments devaient s’emparer des armes des militaires dans les postes de garde et effectuer des tirs tout azimut dans toutes les garnisons afin de créer le chaos.
Cette action devait être faite la nuit du dimanche 9 octobre à minuit ; celle-ci a également échoué, par la prompte réaction du commandement militaire qui avait déjà instruit la vigilance à toutes les unités.
Face à ce énième échec, l’Adjudant-chef Coulibaly, aux dires de ses complices, avait projeté un Plan C, qui est de créer une rébellion armée en opposant les différentes entités de l’Armée Nationale par des actions de désinformation via les réseaux sociaux et directement dans les casernes.

La hiérarchie militaire rassureA LA DATE D’AUJOURD’HUI 21 OCTOBRE 2016, LE BILAN DES ENQUETES ET DES PERQUISITIONS EST LE SUIVANT:
32 militaires entendus ;
19 militaires GAV (ndlr : gardés à vue) dont 10 ont été déjà déférés et présentés au Commissaire du Gouvernement ;
10 civils ont été entendus ;
01 personne toujours en fuite, en l’occurrence Adjudant-Chef Coulibaly Gaston ;
Une saisie de matériels militaires a été faite, dont 1 fusil kalachnikov, 6 chargeurs garnis et plusieurs centaines de cartouches.
Les investigations se poursuivent et d’autres interpellations et saisies ne sont pas exclues dans les jours à venir.
Mesdames et Messieurs, au regard de l’effort fourni par beaucoup de citoyens dans l’accompagnement de l’enquête, je voudrais saluer l’esprit de coopération de l’ensemble de la population et inviter tous les fils et filles de notre cher pays à persévérer dans cette voie en apportant leur soutien et leur franche collaboration si précieuse aux Forces de défense et de sécurité en vue de renforcer la paix et la sécurité au Burkina Faso.
Enfin, je voudrais saluer l’abnégation et le courage de l’ensemble des forces de défense et de sécurité qui veillent quotidiennement à la sécurité et à la défense de notre patrie, dans des conditions difficiles. Je voudrais vous rassurer que les dispositions sont prises pour que les moyens nécessaires vous soient donnés pour accompagner vos efforts.
Je vous remercie

Page 7 sur 10

Diagnostic

  • PUTSCH MANQUE DE SEPTEMBRE 2015 : Le tango tango des deux Généraux Diendéré et Bassolé
    • mercredi 31 janvier 2018

    Le dossier du coup d'Etat manqué du Régiment de sécurité présidentielle (RSP) ne finit pas avec ses surprises. Au moment où l'on est en train d'amorcer l'avant dernier virage vers le procès, à travers les audiences de confir­mation des charges, le Général Diendéré et ses conseils ont sorti une nouvelle parade.

    in Diagnostic
  • TROIS ANS APRES L'INSURRECTION POPUUIRE : Le Burkina a toujours mal à sa gouvernance et à sa classe politique
    • mardi 30 janvier 2018

    Le Burkina Faso va mal et même très mal. Et ce n'est pas être alarmiste de le dire. C'est un constat. Le pays a mal à sa gouvernance, à sa classe politique dans son ensemble, à sa société civile et à ses citoyens, individuellement et collectivement. Trois ans après l'insurrection populaire qui était pourtant censée offrir de nouvelles perspectives politiques, institutionnelles et socioéconomiques pour la grande masse des Burkinabè, le pays continue de tanguer, de patauger des eaux marécageuses.

    in Diagnostic
"Nous rêvons d'un Burkina Faso où le pauvre suscite chez le riche, compassion et solidarité; où le faible bénéficie de la protection des forts; où la solidarité n'est pas seulement un slogan mais une valeur essentielle dans nos rapports avec les autres; où toute vie humaine est sacrée;...Lire la suite