-->

MENA : La guerre des frais de vacation continue

10 juillet 2017 Auteur :  

Déjà, à la rentrée, des établissements auraient montré un refus à accepter d’autres élèves. La raison : l’État s’est montré mauvais payeur. Lors de l’émission «Dialogue avec le gouvernement» le 11 octobre 2016 sur la RTB et sur le retard des engagements financiers de l’État, le ministre Jean-Martin Coulibaly affirmait que les choses étaient rentrées dans l’ordre. «Il y a eu du retard cette année, il y avait des dettes que nous sommes venus trouver. J’ai reçu les responsables de l’UNPPEL, Union nationale des promoteurs privés d’établissements laïcs, et nous avons discuté pour voir qu’est-ce que nous pourrions faire cette année pour résorber les dettes que nous sommes venus trouver. Nous avons pu régler l’ensemble des dettes que nous sommes venus trouver. Et pour cette année, pour l’année scolaire 2015-2016, nous leur devions encore un certain nombre de frais, mais à la date d’aujourd’hui, ces frais ont été réglés dans les régis des Directions régionales et donc sont disponibles à l’attention des différents établissements». Chez les concernés, c’est la surprise. La réalité serait tout autre. Dans le Centre-Est, de fin février à début mars 2017, les enseignants ont observé une grève de deux semaines. Des informations reçues, à Tenkodogo, il y a des établissements qui ont arrêté de dispenser les cours. Idem à l’Est. Au Nord, des établissements seraient également fermés parce qu’il n’y a pas d’agents de la vacation. Chez les enseignants vacataires d’autres localités, l’on entend également durcir le ton pour avoir gain de cause. «On dit que l’éducation est la base de tout développement, que faisons-nous pour cette éducation au Burkina Faso? Hormis les tueries des éducateurs, il y a une négligence dans le milieu éducatif burkinabè», s’offusque un enseignant. Affaire à suivre.1

AG

Amélie GUE

E-mail Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Votre commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Diagnostic

  • ATTENTAT TERRORISTE DU 13 AOÛT 2017: Il faut en tirer enfin les leçons de la faillite de l’Etat !
    • vendredi 29 septembre 2017

    En ces circonstances douloureuses, l’heure est au discours convenu, le plus souvent empreint d’hypocrisie. Au-delà de l’émotion et du choc, ces circonstances interpellent fortement les consciences individuelles et collectives sur l’impératif de sortir de cette longue inertie politico-institutionnelle et des tensions de toutes sortes qui ont fragilisé l’Etat et ses institutions, mis en péril la sécurité des citoyens et de leurs biens.

    in Diagnostic
  • BRAS DE FER GOUVERNEMENT/SYNDICATS DU TRESOR ET DES IMPÔTS: Si loin du peuple et de sa misère noire !
    • vendredi 29 septembre 2017

    Le bras de fer qui oppose le gouvernement au Syndicat des agents du trésor du Burkina (SATB) et au Syndicat national des agents des impôts et des domaines (SNAID) semble avoir pris une tournure inattendue. Le 29 mai dernier, devant caméras, micros et flashes des hommes de médias, le gouvernement et le SATB avaient signé un accord marquant la fin des semaines de grèves et de sit-in.

    in Diagnostic
"Nous rêvons d'un Burkina Faso où le pauvre suscite chez le riche, compassion et solidarité; où le faible bénéficie de la protection des forts; où la solidarité n'est pas seulement un slogan mais une valeur essentielle dans nos rapports avec les autres; où toute vie humaine est sacrée;...Lire la suite