-->

VISIBILITE DE L’ACTION PARLEMENTAIRE : La contribution de l’ONG Internews

05 avril 2017 Auteur :   Amélie GUE
«D’une part, les députés reprochent aux journalistes d’être superficiels dans le traitement de l’information parlementaire et de privilégierle sensationnel. D’autre part, les journalistes déplorent l’inaccessibilité des députés dans le cadre des productions. » C’est ce qu’avait révélé une étude préalable commanditée par Internews et réalisée par le consultant pour le programme, Boureima Ouédraogo. Face à ce constat, et mandaté par le NDI qui a reçu un financement de l’USAID à cet effet, Internews, affirment les exécutants du programme, s’est donné pour objectifs de contribuer à une meilleure spécialisation des journalistes dans le traitement de l’information parlementaire et au renforcement de la collaboration entre députés et journalistes sur le sujet. Durant une période allant de juillet à décembre, 12 conférences de rédaction entre journalistes d’une vingtaine de médias et 5 tables rondes avec les députés des groupes parlementaires ont été organisées. Les conférences de rédaction ont aussi permis aux journalistes de suivre une dizaine de formation sur le traitement de l’information parlementaire, la légistique, et le Budget-Progamme.

Pour Kader TAPSOBA, chargé de programme CEPPS, l’objectif est atteint. Avis partagé par le Consultant Boureiama Ouédraogo qui, après évaluation faite sur la mise en œuvre du programme, a formulé la nécessité de poursuivre l’initiative. En tout, 191 productions journalistiques ont été enregistrées. L’atelier a été l’occasion pour le consultant-formateur, le professeur Serges Théophile Balima, de faire un exposé sur la qualité des productions journalistiques et faire des recommandations. « Plusieurs sensibilités politiques s’expriment à l’Assemblée nationale et relayer ces différentes opinions aux populations reste sans nul doute un véritable moyen de promotion de la bonne gouvernance ». Commentaire du ministre de la Communication Remis Dandjinou, présent à la cérémonie. Comme derniers actes, des matériels composés d’ordinateurs, de wifi mobiles et clés de connexion ont été remis aux participants. Pour la qualité de leurs productions, des prix d’encouragements ont été remis à quatre journalistes.

Votre commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Diagnostic

  • CONGRES DU MPP La lucidité a pris le dessus sur les égos surdimensionnés
    • lundi 10 juillet 2017

    Le Mouvement du peuple pour le progrès (MPP), le parti au pouvoir, a tenu les 10, 11 et 12 mars derniers, son deuxième congrès ordinaire. Au terme de ce congrès, le Président-Fondateur, Roch Marc Christian Kaboré, devenu président de tous les Burkinabè au sortir de la présidentielle de novembre 2015, a cédé, sans surprise, son fauteuil du chef de parti à Salifou Diallo, jusque-là commandant en second du navire MPP et président de l’Assemblée nationale. Mais au fond, c’est juste une confirmation pour ce dernier qui assurait l’intérim depuis l’accession de Roch Kaboré à la magistrature suprême. En cela, il n’y a pas eu de surprise. La seule surprise est que tous ceux qui ont rêvé de voir le parti présidentiel se disloquer au sortir de ce congrès que l’on annonçait être celui de tous les dangers, vont devoir déchanter. Bien au contraire comme voulu par le thème, ce congrès…

    in Diagnostic
  • GOUVERNEMENT THIEBA II L’espoir du renouveau s’éloigne dangereusement !
    • lundi 10 juillet 2017

    Le gouvernement de Paul Kaba Thiéba a subi depuis le 20 février dernier, un léger lifting. Annoncé deux mois plus tôt, le premier remaniement gouvernemental du régime Roch Marc Christian Kaboré n’a finalement pas été qu’un simple réajustement avec 5 entrées, deux départs, deux mutations et deux ministères scindés en deux. L’on n’attendra donc pas le congrès du MPP (Mouvement du peuple pour le progrès), le parti au pouvoir, avant d’opérer ce réajustement tant attendu. Ceux qui avaient espéré un véritable chamboulement doivent déchanter. Du reste, l’important c’est moins le changement d’hommes que le renforcement de la réactivité, des capacités et l’efficacité du gouvernement dans la recherche de réponses aussi bien conjoncturelles que structurantes aux immenses attentes sociales. Par Boureima OUEDRAOGIO « La rupture c’est maintenant ou jamais ! » Ainsi écrivions-nous dans notre édition du 15 au 31 janvier 2017, en partant du constat que « sur presque tous…

    in Diagnostic
"Nous rêvons d'un Burkina Faso où le pauvre suscite chez le riche, compassion et solidarité; où le faible bénéficie de la protection des forts; où la solidarité n'est pas seulement un slogan mais une valeur essentielle dans nos rapports avec les autres; où toute vie humaine est sacrée;...Lire la suite