-->

AU PALAIS DE JUSTICE: Un avocat condamné pour licenciement abusif de sa secrétaire

08 février 2017 Auteur :   Aimé NABALOUM

Reconnu coupable de licenciement abusif, l’avocat a été condamné, notamment au payement de dommages et intérêts ainsi que d’une amende. Mais le « défenseur de la veuve et de l’orphelin » refuse de s’exécuter.

Après une longue période de vives tensions entre l’avocat et sa secrétaire, c’est une affaire de dossier d’un client du cabinet mal géré qui a fini par tout gâcher. La secrétaire est licenciée « pour faute lourde ». Dans sa lettre, l’avocat explique que la faute en question est la dernière d’une longue série de fautes commises par sa secrétaire et pour ce faire, elle n’est plus en mesure de rester dans le cabinet dans les liens d’un contrat de travail. Nous sommes en fin octobre 2005. Il était 18h, l’heure de la descente. Si la secrétaire s’y attendait, parce que la journée fut houleuse entre les deux collaborateurs, l’heure à laquelle la lettre lui est remise l’a tout de même surprise. Ainsi prenait fin une assez longue collaboration. A noter que la secrétaire était presqu’à la retraite au moment de son licenciement. Mais l’affaire ne se terminera pas avec cette lettre de licenciement. La désormais ex-secrétaire de l’avocat portera son affaire devant l’Inspection du travail. Faute de conciliation, un procès-verbal de non-conciliation est dressé et l’affaire échoit sur le bureau du juge du travail. Commence un véritable marathon judiciaire. Inutile de s’attarder sur le calvaire de la secrétaire pour se trouver un avocat pour plaider sa cause devant les juges. Son vis-à-vis étant un avocat. Les décisions de justice se succèdent.

De la première instance jusqu’en cassation. Et à chaque fois, l’avocat est perdant. Jusqu’à ce que la décision de première instance soit rendue, l’avocat ne s’est jamais présenté devant le juge. L’avocat devra payer à son ex-secrétaire, des dommages-intérêts, une indemnité compensatrice de congés payés, une indemnité compensatrice de préavis, une indemnité de licenciement. Il tarde à s’exécuter malgré les courriers transmis par l’huissier commis pour exécuter la décision. Las d’attendre, l’huissier finit par faire saisir ses comptes dans des banques de la place. L’avocat réagit et contre-attaque ces saisies. Les procédures s’entremêlent. Mais auparavant, deux mois après que sa secrétaire l’a attrait en Justice, l’avocat avait également initié une plainte contre cette dernière pour avoir soutiré des documents de son cabinet en partant. La plainte a été initiée pour « vol de matériel, à savoir : le chrono contenant le mémoire de l’ensemble du courrier confidentiel du cabinet, le ZIP informatique contenant la mémoire stockée et toutes les saisies de documents faites au cabinet ». Là non plus, l’avocat n’a été suivi par aucun juge. La secrétaire a été relaxée pour infraction non constituée. L’affaire reste toujours pendante devant les juridictions. Quand ce long feuilleton qui n’a que trop duré livrera-t-il son verdict final ? Affaire à suivre !

Votre commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Diagnostic

  • CONGRES DU MPP La lucidité a pris le dessus sur les égos surdimensionnés
    • lundi 10 juillet 2017

    Le Mouvement du peuple pour le progrès (MPP), le parti au pouvoir, a tenu les 10, 11 et 12 mars derniers, son deuxième congrès ordinaire. Au terme de ce congrès, le Président-Fondateur, Roch Marc Christian Kaboré, devenu président de tous les Burkinabè au sortir de la présidentielle de novembre 2015, a cédé, sans surprise, son fauteuil du chef de parti à Salifou Diallo, jusque-là commandant en second du navire MPP et président de l’Assemblée nationale. Mais au fond, c’est juste une confirmation pour ce dernier qui assurait l’intérim depuis l’accession de Roch Kaboré à la magistrature suprême. En cela, il n’y a pas eu de surprise. La seule surprise est que tous ceux qui ont rêvé de voir le parti présidentiel se disloquer au sortir de ce congrès que l’on annonçait être celui de tous les dangers, vont devoir déchanter. Bien au contraire comme voulu par le thème, ce congrès…

    in Diagnostic
  • GOUVERNEMENT THIEBA II L’espoir du renouveau s’éloigne dangereusement !
    • lundi 10 juillet 2017

    Le gouvernement de Paul Kaba Thiéba a subi depuis le 20 février dernier, un léger lifting. Annoncé deux mois plus tôt, le premier remaniement gouvernemental du régime Roch Marc Christian Kaboré n’a finalement pas été qu’un simple réajustement avec 5 entrées, deux départs, deux mutations et deux ministères scindés en deux. L’on n’attendra donc pas le congrès du MPP (Mouvement du peuple pour le progrès), le parti au pouvoir, avant d’opérer ce réajustement tant attendu. Ceux qui avaient espéré un véritable chamboulement doivent déchanter. Du reste, l’important c’est moins le changement d’hommes que le renforcement de la réactivité, des capacités et l’efficacité du gouvernement dans la recherche de réponses aussi bien conjoncturelles que structurantes aux immenses attentes sociales. Par Boureima OUEDRAOGIO « La rupture c’est maintenant ou jamais ! » Ainsi écrivions-nous dans notre édition du 15 au 31 janvier 2017, en partant du constat que « sur presque tous…

    in Diagnostic
"Nous rêvons d'un Burkina Faso où le pauvre suscite chez le riche, compassion et solidarité; où le faible bénéficie de la protection des forts; où la solidarité n'est pas seulement un slogan mais une valeur essentielle dans nos rapports avec les autres; où toute vie humaine est sacrée;...Lire la suite