-->

INSURRECTION DE 2014: Qui sont les victimes de Tangangari ?

12 janvier 2017 Auteur :   Aimé NABALOUM

Mais, depuis lors, l’on parle peu de ces victimes et les circonstances ne sont pas aussi connues. On n’en sait un peu plus sur les morts de Tangangari. Selon certaines sources, les 5 personnes ont été tuées sur un site minier implanté àTangangari. Dans la matinée du 30 octobre 2014, le pays tout entier était en ébullition et les manifestations étaient tous azimuts.

A Tangangari aussi. Dans cette localité, les populations avaient déjà des antécédents avec les responsables du site minier en question. Les habitants de Tangangari en avaient marre d’un certain nombre d’exactions dont ils étaient victimes. A ce qu’on dit, des paysans de Tangangari accusés à tort ou à raison étaient systématiquement interpellés par les responsables de la mine, les minerais qu’ils avaient par devers eux étaient expropriés et certaines sources ajoutent que la mine disposait de sa propre prison où étaient incarcérés des habitants dits indélicats.

Ils ont donc décidé de manifester leur mécontentement à l’encontre de la mine ce 30 octobre 2014. Au cours de la manifestation, certains habitants seront atteints par des billes, dit-on, qui ont été utilisées comme des munitions par la sécurité de la mine. Il nous revient que des armes blanches ont également été utilisées par des agents de la mine afin d’en découdre avec les insurgés. D’où les morts de Tangangari au nombre de cinq. Voici la liste des victimes de Tangangari : Abdourahmane Boubacar, 46 ans ; Boubacar Hama, 27 ans ; Cissé Boubacar, 21 ans ; Hamadi Mamoudou, 31 ans ; Ouoba Amadou, 34 ans. Il nous est également revenu qu’une seule personne parmi le personnel de la mine avait été interpellée et détenue à Dori. Cette dernière serait présentement en liberté provisoire, apprend-on.

AN

Votre commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Diagnostic

  • ATTENTAT TERRORISTE DU 13 AOÛT 2017: Il faut en tirer enfin les leçons de la faillite de l’Etat !
    • vendredi 29 septembre 2017

    En ces circonstances douloureuses, l’heure est au discours convenu, le plus souvent empreint d’hypocrisie. Au-delà de l’émotion et du choc, ces circonstances interpellent fortement les consciences individuelles et collectives sur l’impératif de sortir de cette longue inertie politico-institutionnelle et des tensions de toutes sortes qui ont fragilisé l’Etat et ses institutions, mis en péril la sécurité des citoyens et de leurs biens.

    in Diagnostic
  • BRAS DE FER GOUVERNEMENT/SYNDICATS DU TRESOR ET DES IMPÔTS: Si loin du peuple et de sa misère noire !
    • vendredi 29 septembre 2017

    Le bras de fer qui oppose le gouvernement au Syndicat des agents du trésor du Burkina (SATB) et au Syndicat national des agents des impôts et des domaines (SNAID) semble avoir pris une tournure inattendue. Le 29 mai dernier, devant caméras, micros et flashes des hommes de médias, le gouvernement et le SATB avaient signé un accord marquant la fin des semaines de grèves et de sit-in.

    in Diagnostic
"Nous rêvons d'un Burkina Faso où le pauvre suscite chez le riche, compassion et solidarité; où le faible bénéficie de la protection des forts; où la solidarité n'est pas seulement un slogan mais une valeur essentielle dans nos rapports avec les autres; où toute vie humaine est sacrée;...Lire la suite