-->

AMBASSADE DU BURKINA A GENEVE: L’Ambassade du Burkina convoquée au tribunal

12 janvier 2017 Auteur :   Nerwatta KAFANDO

Le 21 décembre 2016, le tribunal des Prud’hommes de Genève devra se prononcer sur un litige de travail entre Saidou Joël Ouédraogo, ex-cuisinier à l’Ambassade du Burkina à Genève et l’ex- Ambassadeur. Ancien employé donc de l’Ambassadeur depuis le 1er octobre 2008, Saidou Joël Ouédraogo a vu son contrat résilié le 31 décembre 2012. A la suite de ce licenciement qui n’est pas de son goût, ce dernier a saisi les juridictions helvétiques de sa cause. Nous apprenons que le 10 juin 2016, le tribunal des Prud’hommes a convoqué l’Ambassade du Burkina à Genève pour une audience de conciliation.

L’objet du litige, « différence entre le salaire payé et le salaire dû selon le contrat, CCT ou usages ; indemnisation des heures supplémentaires ». Il précise que l’une des parties à l’audience est titulaire d’immunités de DIP (ndlr : diplomatiques). Il s’agit de l’ex- Ambassadeur au moment des faits, Prosper Vokouma, partie défenderesse dans le dossier. A cette audience, l’ex-cuisinier a été défendu par Me Manuel Bolivar. Saidou Joël Ouédraogo, en plus de l’Avocat Manuel Bolivar, s’est attaché les services du syndicat Sans Frontières à qui il donne mandat à communiquer ou obtenir toutes informations le concernant auprès de l’Avocat mandaté.

Il a travaillé à la résidence de l’Ambassadeur Vokouma et selon le dossier au tribunal des Prud’hommes, l’ex-cuisinier travaillait toute la semaine, à savoir sept jours sur sept, de 7h à 17h, avec une pause de 30 mn à 14h. Ses heures supplémentaires n’étaient pas payées, nous renseigne le dossier, avec un salaire mensuel de Chf.3000. Au départ, Saidou Joël Ouédraogo travaillait dans un kiosque à Ouagadougou, dans un service où officiait également Prosper Vokouma. Leur amitié est née là, Prosper Vokouma appréciait positivement le travail que faisait Joël. Par la suite, lorsque Prosper Vokouma a été promu Ambassadeur à Genève, il décide d’aller à son poste avec Joël comme cuisinier. Joël n’y voit aucun inconvénient. Sur place, la charge du travail excédait le désormais ex-cuisinier de l’Ambassadeur. En 2012, le contrat sera résilié et Joël devrait se chercher autre chose à faire, à défaut de rentrer au pays.

Joint au téléphone, l’ex- Ambassadeur Prosper Vokouma dit ne pas vouloir en parler. Aussi, dit-il vouloir requérir au préalable le point de vue du ministère des Affaires étrangères avant de se prononcer. Affaire à suivre !

Votre commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Diagnostic

  • PUTSCH MANQUE DE SEPTEMBRE 2015 : Le tango tango des deux Généraux Diendéré et Bassolé
    • mercredi 31 janvier 2018

    Le dossier du coup d'Etat manqué du Régiment de sécurité présidentielle (RSP) ne finit pas avec ses surprises. Au moment où l'on est en train d'amorcer l'avant dernier virage vers le procès, à travers les audiences de confir­mation des charges, le Général Diendéré et ses conseils ont sorti une nouvelle parade.

    in Diagnostic
  • TROIS ANS APRES L'INSURRECTION POPUUIRE : Le Burkina a toujours mal à sa gouvernance et à sa classe politique
    • mardi 30 janvier 2018

    Le Burkina Faso va mal et même très mal. Et ce n'est pas être alarmiste de le dire. C'est un constat. Le pays a mal à sa gouvernance, à sa classe politique dans son ensemble, à sa société civile et à ses citoyens, individuellement et collectivement. Trois ans après l'insurrection populaire qui était pourtant censée offrir de nouvelles perspectives politiques, institutionnelles et socioéconomiques pour la grande masse des Burkinabè, le pays continue de tanguer, de patauger des eaux marécageuses.

    in Diagnostic
"Nous rêvons d'un Burkina Faso où le pauvre suscite chez le riche, compassion et solidarité; où le faible bénéficie de la protection des forts; où la solidarité n'est pas seulement un slogan mais une valeur essentielle dans nos rapports avec les autres; où toute vie humaine est sacrée;...Lire la suite