-->

AMBASSADE DU BURKINA A GENEVE: L’Ambassade du Burkina convoquée au tribunal

12 janvier 2017 Auteur :   Nerwatta KAFANDO

L’objet du litige, « différence entre le salaire payé et le salaire dû selon le contrat, CCT ou usages ; indemnisation des heures supplémentaires ». Il précise que l’une des parties à l’audience est titulaire d’immunités de DIP (ndlr : diplomatiques). Il s’agit de l’ex- Ambassadeur au moment des faits, Prosper Vokouma, partie défenderesse dans le dossier. A cette audience, l’ex-cuisinier a été défendu par Me Manuel Bolivar. Saidou Joël Ouédraogo, en plus de l’Avocat Manuel Bolivar, s’est attaché les services du syndicat Sans Frontières à qui il donne mandat à communiquer ou obtenir toutes informations le concernant auprès de l’Avocat mandaté.

Il a travaillé à la résidence de l’Ambassadeur Vokouma et selon le dossier au tribunal des Prud’hommes, l’ex-cuisinier travaillait toute la semaine, à savoir sept jours sur sept, de 7h à 17h, avec une pause de 30 mn à 14h. Ses heures supplémentaires n’étaient pas payées, nous renseigne le dossier, avec un salaire mensuel de Chf.3000. Au départ, Saidou Joël Ouédraogo travaillait dans un kiosque à Ouagadougou, dans un service où officiait également Prosper Vokouma. Leur amitié est née là, Prosper Vokouma appréciait positivement le travail que faisait Joël. Par la suite, lorsque Prosper Vokouma a été promu Ambassadeur à Genève, il décide d’aller à son poste avec Joël comme cuisinier. Joël n’y voit aucun inconvénient. Sur place, la charge du travail excédait le désormais ex-cuisinier de l’Ambassadeur. En 2012, le contrat sera résilié et Joël devrait se chercher autre chose à faire, à défaut de rentrer au pays.

Joint au téléphone, l’ex- Ambassadeur Prosper Vokouma dit ne pas vouloir en parler. Aussi, dit-il vouloir requérir au préalable le point de vue du ministère des Affaires étrangères avant de se prononcer. Affaire à suivre !

Votre commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Diagnostic

  • CONGRES DU MPP La lucidité a pris le dessus sur les égos surdimensionnés
    • lundi 10 juillet 2017

    Le Mouvement du peuple pour le progrès (MPP), le parti au pouvoir, a tenu les 10, 11 et 12 mars derniers, son deuxième congrès ordinaire. Au terme de ce congrès, le Président-Fondateur, Roch Marc Christian Kaboré, devenu président de tous les Burkinabè au sortir de la présidentielle de novembre 2015, a cédé, sans surprise, son fauteuil du chef de parti à Salifou Diallo, jusque-là commandant en second du navire MPP et président de l’Assemblée nationale. Mais au fond, c’est juste une confirmation pour ce dernier qui assurait l’intérim depuis l’accession de Roch Kaboré à la magistrature suprême. En cela, il n’y a pas eu de surprise. La seule surprise est que tous ceux qui ont rêvé de voir le parti présidentiel se disloquer au sortir de ce congrès que l’on annonçait être celui de tous les dangers, vont devoir déchanter. Bien au contraire comme voulu par le thème, ce congrès…

    in Diagnostic
  • GOUVERNEMENT THIEBA II L’espoir du renouveau s’éloigne dangereusement !
    • lundi 10 juillet 2017

    Le gouvernement de Paul Kaba Thiéba a subi depuis le 20 février dernier, un léger lifting. Annoncé deux mois plus tôt, le premier remaniement gouvernemental du régime Roch Marc Christian Kaboré n’a finalement pas été qu’un simple réajustement avec 5 entrées, deux départs, deux mutations et deux ministères scindés en deux. L’on n’attendra donc pas le congrès du MPP (Mouvement du peuple pour le progrès), le parti au pouvoir, avant d’opérer ce réajustement tant attendu. Ceux qui avaient espéré un véritable chamboulement doivent déchanter. Du reste, l’important c’est moins le changement d’hommes que le renforcement de la réactivité, des capacités et l’efficacité du gouvernement dans la recherche de réponses aussi bien conjoncturelles que structurantes aux immenses attentes sociales. Par Boureima OUEDRAOGIO « La rupture c’est maintenant ou jamais ! » Ainsi écrivions-nous dans notre édition du 15 au 31 janvier 2017, en partant du constat que « sur presque tous…

    in Diagnostic
"Nous rêvons d'un Burkina Faso où le pauvre suscite chez le riche, compassion et solidarité; où le faible bénéficie de la protection des forts; où la solidarité n'est pas seulement un slogan mais une valeur essentielle dans nos rapports avec les autres; où toute vie humaine est sacrée;...Lire la suite