-->

CENTRE DE SANTE DU Dr ELLIOT: Polémique autour de l’activité médicale du couple

06 décembre 2016 Auteur :   Aimé NABALOUM

Depuis son enlèvement, des interrogations recommencent à courir sur l’activité que menait le couple Elliot dans leur centre de santé à Djibo. Des interrogations nourries par les conditions dans lesquelles il exerçait. Aujourd’hui, le centre est fermé mais, il est de plus en plus question de comment le Dr exerçait son métier Selon certaines informations, le Dr Elliot était le seul et unique médecin qui intervenait dans le centre. Seul spécialiste, il soignait tout. Des consultations aux interventions chirurgicales en passant par l’administration des médicaments, tout était de son ressort.

Ce qui amène à poser la question de la capacité pour une seule personne d’assurer une telle densité de travail pendant des années sans se faire remplacer par moments. Pourtant, il y avait un personnel qui, très souvent, est un personnel n’ayant aucune connaissance médicale ou d’infirmerie. « Certains n’ont même pas fait l’école », explique une source. Même la provenance des produits est depuis quelques temps objet à polémique. Parlant de provenance des produits certains observateurs commencent à douter « sérieusement de leur origine ».

La première grosse interrogation est de savoir si les patients du centre ne sont pas des cobayes ? A Djibo, beaucoup y pensent. Il y a quelques années, apprend- on, une plainte aurait même été initiée mais celleci aurait été classée sans suite. Après son enlèvement, les appréhensions se poursuivent sur cette activité bénévole. Le gouvernement, dès les premiers instants, aurait proposé aux agents de santé d’assurer la continuité des soins et cette requête également n’a pas eu de suite favorable, les agents ne sachant pas comment exerçait le Dr Elliot. Ce dernier officiait-il vraiment dans l’unique intérêt des populations ? Pourquoi son activité suscite-t-elle autant d’interrogations ? Affaire à suivre !

Votre commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Diagnostic

  • CONGRES DU MPP La lucidité a pris le dessus sur les égos surdimensionnés
    • lundi 10 juillet 2017

    Le Mouvement du peuple pour le progrès (MPP), le parti au pouvoir, a tenu les 10, 11 et 12 mars derniers, son deuxième congrès ordinaire. Au terme de ce congrès, le Président-Fondateur, Roch Marc Christian Kaboré, devenu président de tous les Burkinabè au sortir de la présidentielle de novembre 2015, a cédé, sans surprise, son fauteuil du chef de parti à Salifou Diallo, jusque-là commandant en second du navire MPP et président de l’Assemblée nationale. Mais au fond, c’est juste une confirmation pour ce dernier qui assurait l’intérim depuis l’accession de Roch Kaboré à la magistrature suprême. En cela, il n’y a pas eu de surprise. La seule surprise est que tous ceux qui ont rêvé de voir le parti présidentiel se disloquer au sortir de ce congrès que l’on annonçait être celui de tous les dangers, vont devoir déchanter. Bien au contraire comme voulu par le thème, ce congrès…

    in Diagnostic
  • GOUVERNEMENT THIEBA II L’espoir du renouveau s’éloigne dangereusement !
    • lundi 10 juillet 2017

    Le gouvernement de Paul Kaba Thiéba a subi depuis le 20 février dernier, un léger lifting. Annoncé deux mois plus tôt, le premier remaniement gouvernemental du régime Roch Marc Christian Kaboré n’a finalement pas été qu’un simple réajustement avec 5 entrées, deux départs, deux mutations et deux ministères scindés en deux. L’on n’attendra donc pas le congrès du MPP (Mouvement du peuple pour le progrès), le parti au pouvoir, avant d’opérer ce réajustement tant attendu. Ceux qui avaient espéré un véritable chamboulement doivent déchanter. Du reste, l’important c’est moins le changement d’hommes que le renforcement de la réactivité, des capacités et l’efficacité du gouvernement dans la recherche de réponses aussi bien conjoncturelles que structurantes aux immenses attentes sociales. Par Boureima OUEDRAOGIO « La rupture c’est maintenant ou jamais ! » Ainsi écrivions-nous dans notre édition du 15 au 31 janvier 2017, en partant du constat que « sur presque tous…

    in Diagnostic
"Nous rêvons d'un Burkina Faso où le pauvre suscite chez le riche, compassion et solidarité; où le faible bénéficie de la protection des forts; où la solidarité n'est pas seulement un slogan mais une valeur essentielle dans nos rapports avec les autres; où toute vie humaine est sacrée;...Lire la suite