-->

KOGLWEOGO : La situation est-elle vraiment sous contrôle ?

06 décembre 2016 Auteur :   Aimé NABALOUM

Depuis que les groupes d’auto-défense appelés Koglweogo ont vu le jour, l’Etat a eu toute la peine du monde à se faire respecter par ce monde qui, malgré tout ce qu’il a pu faire de bien, défie cette même autorité de l’Etat chaque jour que Dieu fait. Le ministre d’Etat les a managés.Ils ont refusé d’être dissouts. Le président du Faso a avoué qu’on ne saurait dissoudre ce qui n’existe pas. Les Koglweogo ont fini par être reconnus comme une initiative locale de sécurité. Le même groupe refuge aujourd’hui d’être rattaché au ministère de Simon Compaoré. Ils exigent d’être mis sous la tutelle de la Présidence du Faso. Quelle sera la suite à attendre ? Qui pourra mettre son doigt au feu que les Koglweogo ne l’obtiendront d’ailleurs pas ?

Une fois rattachés à la Présidence, il ne restera plus qu’à les constitutionnaliser. Où se trouve donc l’autorité du tout-puissant ministre d’Etat en charge de la sécurité intérieure ? Où se trouve l’autorité du chef de l’Etat qui se mure dans un silence condescendant ? Cette initiative locale de sécurité dicte-t-elle sa loi pour le moment aux voleurs et à des assaillants ? A qui le tour ? Pauvre autorité de l’Etat, où es-tu ?

Votre commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Diagnostic

  • ATTENTAT TERRORISTE DU 13 AOÛT 2017: Il faut en tirer enfin les leçons de la faillite de l’Etat !
    • vendredi 29 septembre 2017

    En ces circonstances douloureuses, l’heure est au discours convenu, le plus souvent empreint d’hypocrisie. Au-delà de l’émotion et du choc, ces circonstances interpellent fortement les consciences individuelles et collectives sur l’impératif de sortir de cette longue inertie politico-institutionnelle et des tensions de toutes sortes qui ont fragilisé l’Etat et ses institutions, mis en péril la sécurité des citoyens et de leurs biens.

    in Diagnostic
  • BRAS DE FER GOUVERNEMENT/SYNDICATS DU TRESOR ET DES IMPÔTS: Si loin du peuple et de sa misère noire !
    • vendredi 29 septembre 2017

    Le bras de fer qui oppose le gouvernement au Syndicat des agents du trésor du Burkina (SATB) et au Syndicat national des agents des impôts et des domaines (SNAID) semble avoir pris une tournure inattendue. Le 29 mai dernier, devant caméras, micros et flashes des hommes de médias, le gouvernement et le SATB avaient signé un accord marquant la fin des semaines de grèves et de sit-in.

    in Diagnostic
"Nous rêvons d'un Burkina Faso où le pauvre suscite chez le riche, compassion et solidarité; où le faible bénéficie de la protection des forts; où la solidarité n'est pas seulement un slogan mais une valeur essentielle dans nos rapports avec les autres; où toute vie humaine est sacrée;...Lire la suite