-->

AN II DE L’INSURRECTION POPULAIRE : A la cathédrale, on a prié pour la paix

29 novembre 2016 Auteur :   Frédéric YAMEOGO (Stagiaire)

Dans le cadre de la commémoration du deuxième anniversaire de l’insurrection populaire, les autorités ont souhaité que soient organisés des offices religieux dans les lieux de culte afin de prier pour la paix. A la cathédrale de Ouagadougou, le dimanche 31 octobre 2016, une mention a été faite dans ce sens. La messe a été rythmée d’action de grâce et d’intentions de prière en faveur du Burkina, pour ses autorités, les gouvernants. Dès l’entame, le prêtre célébrant principal a salué avec déférence la présence de trois membres du gouvernement que sont le ministre de la Fonction publique, du Travail et de la Protection sociale, la ministre de l’Action sociale et de la Famille, le ministre en charge de l’habitat et d’un conseiller spécial du chef de l’Etat, venus se joindre aux fidèles afin de prier pour la paix au Burkina.

Selon les célébrants, l’on se doit de rendre grâce au Seigneur pour son assistance au moment de l’insurrection et durant tout le temps écoulé jusqu’à ce jour, et de lui demander de continuer à veiller sur le Burkina. Au cours de l’homélie, le principal célébrant est revenu sur la nécessité de se réconcilier avec Dieu afin que le Burkina soit un havre de paix. Pour lui, « l’amour du Christ résiste à toutes les infidélités ». Se référant aux textes bibliques et comme Zachée, « nous ne devons pas craindre la rencontre du Seigneur, nous devons le laisser purifier nos coeurs », a recommandé le célébrant.

Dans les intentions de prière, les fidèles ont prié pour que dans l’exécution de leur lourde tâche, les autorités aussi bien politiques que militaires se laissent guider par l’esprit de la sagesse et de l’humilité. Egalement, en fin de célébration, une prière a été spécialement dite pour la paix au Faso. Le ministre de la Fonction publique, lui, a invité tous les Burkinabè à prier pour la paix et la stabilité du pays. Il n’a pas manqué de recommander, qu’au sortir de ces troubles sociopolitiques qui ont durement éprouvé le peuple burkinabè, qu’une mobilisation du peuple autour des actions de développement soit organisée afin que la solution aux problèmes des Burkinabè puisse être trouvée.

Par ailleurs, chez les autres confessions religieuses, des prières ont été dites un peu partout à travers le territoire national toujours pour la paix au Burkina Faso.

Votre commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Diagnostic

"Nous rêvons d'un Burkina Faso où le pauvre suscite chez le riche, compassion et solidarité; où le faible bénéficie de la protection des forts; où la solidarité n'est pas seulement un slogan mais une valeur essentielle dans nos rapports avec les autres; où toute vie humaine est sacrée;...Lire la suite