-->

ASSAUT SUR LE RESTAURANT ISTANBUL: Une splendide synergie de toutes les FDS

29 septembre 2017 Auteur :  

 

Par Amélie GUE

 

L’assaut du dimanche, apprend-on, n’aurait nécessité d’aide extérieure.  Contrairement à l’attaque de Cappuccino en janvier 2016, il n’y avait pas de force étrangère sur les lieux. L’assaut a été donné par l’unité spéciale de la Gendarmerie. Les premiers échanges de tirs entre ladite unité et les terroristes ont été signalés autour de 21h30. Juste quelques minutes après le début de l’attaque. Pour la réussite de l’opération, plusieurs autres corps sont également mobilisés. Les pompiers se sont attelés pour éteindre les feux, évacuer des victimes; etc. Des médecins, infirmiers militaires de l’armée n’ont été en reste. Sur la base d’informations reçues auprès de sources sécuritaires, des piquets d’intervention de l’armée de l’Air, de l’armée de Terre et du Groupement central des armées ont contribué à boucler tout le périmètre. Des unités de la Police nationale, dont l’Unité d’intervention polyvalente (UIP-PN), la Compagnie républicaine de sécurité (CRS), la Brigade anti-criminalité (BAC)  ont aussi été d’une grande contribution.

La majorité de ceux qui ont quitté le restaurant attaqué ont été reçus à l’armée de l’Air. Le périmètre arrière a aussi été bouclé. Il y eut également des éléments du groupement mobile de la Gendarmerie de Ouagadougou qui avaient pour mission de boucler le périmètre rapproché du restaurant. A l’intérieur,  l’Escadron de sécurité d’intervention. La Brigade anti-criminalité (BAC) s’est chargée de la sécurisation de Bravia Hôtel. Des éléments de l’UIPN  (Unité d’intervention polyvalente de la Police nationale) avec l’Escadron de sécurité d’intervention de la Gendarmerie nationale étaient autour du périmètre un peu éloigné du site. L’unité spéciale de la gendarmerie était donc en première ligne, avec les autres en appui.

Au moins 7 heures de temps ont été nécessaires pour venir à bout de 2 assaillants. Qu’est-ce qui peut expliquer cet état de fait? Explications du porte-parole de la Gendarmerie nationale, le  Capitaine Yé Hervé : quand les gens sont arrivés et ont tiré, explique-t-il, ils sont rentrés dans le restaurant. L’unité, à l’arrivée, a eu du mal à s’approcher parce qu’ils tiraient sur elle et il fallait éviter de répliquer car on avait peur qu’ils aient des otages et que les tirs puissent faire d’autres victimes. Autour de 21h40, l’unité spéciale était dans le restaurant.

Quand les terroristes les ont vus arriver, ils se sont réfugiés à l’étage supérieur. Il y a des gens que  l’unité a réussi à faire évacuer. II y a eu des échanges de tirs, mais c’était compliqué pour l’unité, à cause de la délicatesse de la situation : deux assaillants retranchés dans un restaurant avec des civils, ça complique davantage la tâche.

Avec la couverture à l’arrière était assurée par la BAC, ceux qui étaient à  Bravia Hôtel ont été plaqués.

Le chanteur français d’origine centrafricaine Singuila et son staff (présents au moment des faits à l’hôtel, ndlr) ont été évacués par la CRS.

Amélie GUE

E-mail Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Votre commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Diagnostic

  • ATTENTAT TERRORISTE DU 13 AOÛT 2017: Il faut en tirer enfin les leçons de la faillite de l’Etat !
    • vendredi 29 septembre 2017

    En ces circonstances douloureuses, l’heure est au discours convenu, le plus souvent empreint d’hypocrisie. Au-delà de l’émotion et du choc, ces circonstances interpellent fortement les consciences individuelles et collectives sur l’impératif de sortir de cette longue inertie politico-institutionnelle et des tensions de toutes sortes qui ont fragilisé l’Etat et ses institutions, mis en péril la sécurité des citoyens et de leurs biens.

    in Diagnostic
  • BRAS DE FER GOUVERNEMENT/SYNDICATS DU TRESOR ET DES IMPÔTS: Si loin du peuple et de sa misère noire !
    • vendredi 29 septembre 2017

    Le bras de fer qui oppose le gouvernement au Syndicat des agents du trésor du Burkina (SATB) et au Syndicat national des agents des impôts et des domaines (SNAID) semble avoir pris une tournure inattendue. Le 29 mai dernier, devant caméras, micros et flashes des hommes de médias, le gouvernement et le SATB avaient signé un accord marquant la fin des semaines de grèves et de sit-in.

    in Diagnostic
"Nous rêvons d'un Burkina Faso où le pauvre suscite chez le riche, compassion et solidarité; où le faible bénéficie de la protection des forts; où la solidarité n'est pas seulement un slogan mais une valeur essentielle dans nos rapports avec les autres; où toute vie humaine est sacrée;...Lire la suite