Affaire trou de plus de 200 millions FCFA au SIAO: L’agent comptable et le caissier déférés à la MACO

30 novembre -0001 Auteur :  

Visiblement, les choses semblent bouger du côté du SIAO. L’affaire du trou de plus de 200 millions  FCFA constaté par une mission d’inspection de l’IGF dont nous nous sommes fait l’écho dans notre édition n°213 du 1er mai dernier et qui avait « choqué » le président du Faso, continue son petit bonhomme de chemin. Il nous revient que dans le cadre de cette affaire, deux agents du SIAO, à savoir l’agent comptable, Koulybari Siriki, et le caissier, Guébré Claude, mis en cause dans le rapport de l’IGF, ont été placés sous mandat de dépôt et déférés à la Maison d’arrêt et de correction de Ouagadougou (MACO) depuis le mardi 6 juin dernier. A en croire une source proche du parquet, l’instruction du dossier serait très avancée et le procès ne devrait plus tarder. Vivement donc ce procès, afin de faire toute la lumière sur cette affaire qui visiblement, est encore très loin d’avoir révélé tous ses secrets. Affaire à suivre !

BYL

Votre commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Diagnostic

  • PUTSCH MANQUE DE SEPTEMBRE 2015 : Le tango tango des deux Généraux Diendéré et Bassolé
    • mercredi 31 janvier 2018

    Le dossier du coup d'Etat manqué du Régiment de sécurité présidentielle (RSP) ne finit pas avec ses surprises. Au moment où l'on est en train d'amorcer l'avant dernier virage vers le procès, à travers les audiences de confir­mation des charges, le Général Diendéré et ses conseils ont sorti une nouvelle parade.

    in Diagnostic
  • TROIS ANS APRES L'INSURRECTION POPUUIRE : Le Burkina a toujours mal à sa gouvernance et à sa classe politique
    • mardi 30 janvier 2018

    Le Burkina Faso va mal et même très mal. Et ce n'est pas être alarmiste de le dire. C'est un constat. Le pays a mal à sa gouvernance, à sa classe politique dans son ensemble, à sa société civile et à ses citoyens, individuellement et collectivement. Trois ans après l'insurrection populaire qui était pourtant censée offrir de nouvelles perspectives politiques, institutionnelles et socioéconomiques pour la grande masse des Burkinabè, le pays continue de tanguer, de patauger des eaux marécageuses.

    in Diagnostic
"Nous rêvons d'un Burkina Faso où le pauvre suscite chez le riche, compassion et solidarité; où le faible bénéficie de la protection des forts; où la solidarité n'est pas seulement un slogan mais une valeur essentielle dans nos rapports avec les autres; où toute vie humaine est sacrée;...Lire la suite