-->

JOURNEE MONDIALE DE LA LIBERTE DE LA PRESSE: La contribution de la lutte contre le terrorisme à la loupe des acteurs

03 août 2017 Auteur :   N.K

« Des esprits critiques pour des temps critiques : le rôle des médias dans la promotion de sociétés pacifiques, justes et inclusives », c’est sous le thème choisi l’UNESCO pour la célébration de la journée mondiale de la liberté de la presse ce 3 mai 2017.

Dans le contexte international actuel marqué par la montée du terrorisme, l’on ne pouvait pas trouver meilleur qui interpelle à la fois, les Etats, les communautés et les médias.

Il s’agit donc inviter les différents acteurs à examiner, les défis auxquels doivent faire face les médias, en particulier face aux attaques terroristes et d’autres formes de menaces de la liberté d’expression et de presse.

Au Burkina Faso, le centre national de presse Norbert Zongo, a décidé d’apporter sa contribution en ouvrant la réflexion collective sur ces questions de sécurité en lien avec les médias. L’objectif visé est « de créer les conditions d’une bonne collaboration entre tous les acteurs, notamment entre de défense et de sécurité et les populations ». Comme les années précédentes, le CNP-NZ a décidé de commémorer le 3 mai sous un thème national se rapportant à l’actualité et proche du Thème international. Le thème retenu est : «défis sécutaires au Burkina Faso : rôle et responsabilité des médias ». Cette réflexion sera menée dans le cadre de deux activités majeures. Il s’agit d’un atelier (le 2 mai) sur le même thème réunissant les forces de défenses et de sécurités, les autorités en charge de la sécurité, les organisations professionnelles des médias et les OSC ; d’un panel ouvert au grand public qui sera animé les même acteurs.

 

N.K

Votre commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Diagnostic

  • PUTSCH MANQUE DE SEPTEMBRE 2015 : Le tango tango des deux Généraux Diendéré et Bassolé
    • mercredi 31 janvier 2018

    Le dossier du coup d'Etat manqué du Régiment de sécurité présidentielle (RSP) ne finit pas avec ses surprises. Au moment où l'on est en train d'amorcer l'avant dernier virage vers le procès, à travers les audiences de confir­mation des charges, le Général Diendéré et ses conseils ont sorti une nouvelle parade.

    in Diagnostic
  • TROIS ANS APRES L'INSURRECTION POPUUIRE : Le Burkina a toujours mal à sa gouvernance et à sa classe politique
    • mardi 30 janvier 2018

    Le Burkina Faso va mal et même très mal. Et ce n'est pas être alarmiste de le dire. C'est un constat. Le pays a mal à sa gouvernance, à sa classe politique dans son ensemble, à sa société civile et à ses citoyens, individuellement et collectivement. Trois ans après l'insurrection populaire qui était pourtant censée offrir de nouvelles perspectives politiques, institutionnelles et socioéconomiques pour la grande masse des Burkinabè, le pays continue de tanguer, de patauger des eaux marécageuses.

    in Diagnostic
"Nous rêvons d'un Burkina Faso où le pauvre suscite chez le riche, compassion et solidarité; où le faible bénéficie de la protection des forts; où la solidarité n'est pas seulement un slogan mais une valeur essentielle dans nos rapports avec les autres; où toute vie humaine est sacrée;...Lire la suite