-->

SCANDALE FINANCIER AU SIAO: Plus de 200 millions de FCFA portés disparus

03 août 2017 Auteur :  

Des révélations suffisamment graves qui avaient contraint à faire le ménage au sein de la maison. Mais le mal ne semble manifestement pas avoir été totalement exorcisé. La mal gouvernance financière semble être une malédiction au sein de cette boîte qui brasse apparemment de gros sous. Une mission de l’Inspection générale des finances (IGF) a séjourné récemment dans la boîte que dirige Dramane Tou. Elle a fait des découvertes hallucinantes. Un trou béat de plus de 230 millions FCFA a été constaté dans la caisse de l’institution. Et ce n’est pas tout.

Par Y. Ladji BAMA

 

La sérénité est loin d’être la chose la mieux partagée en ce moment au sein du SIAO. Certains responsables de la boîte doivent avoir le sommeil trouble. La mission d’inspection de l’IGF ayant séjourné, courant le mois de mars 2017, dans la maison, a fait des constats invraisemblables. Le rapport officiel de la mission n’est pas encore disponible. Mais des échos de celui-ci sont déjà audibles. La gestion financière du SIAO est une véritable catastrophe.

Déjà, le Conseil d’administration, lors de sa première session de l’année 2017, tenue le 30 mars, avait refusé d’adopter le compte de gestion 2016, eu égard à certains manquements : incohérence entre la situation de la trésorerie et l’état de rapprochement bancaire de la boîte. En effet, selon une source proche du Conseil d’administration, pendant que le solde de la trésorerie s’élevait à plus de 632 millions FCFA, l’état de rapprochement bancaire était de moins de 450 millions FCFA. Soit une différence de plus de 250 millions FCFA. Malgré un délai d’une semaine accordé à l’Agent comptable pour apporter une explication à cette situation, celui-ci n’a pas pu fournir les éléments d’éclaircissements permettant aux administrateurs de comprendre cet écart. Bref…

Revenons à la mission d’inspection de l’IGF. 230 742 014 FCFA. C’est le montant total du manquant de caisse constaté au niveau de l’Agence comptable. Un trou abyssal que personne ne s’explique. Où est passé tout cet argent ? Tous les regards se tournent une fois de plus vers l’Agent comptable de la boîte, Koulybari Siriki. Il faut noter que l’intéressé y est en poste depuis janvier 2012. Il est aussi censé aller faire valoir ses droits à la retraite depuis décembre 2016. Mais jusque-là, il continue d’officier à ce poste aux énormes enjeux. En tout cas, les inspecteurs sont formels : il faut fournir les pièces justificatives de ce gros manquant de caisse ou procéder à son remboursement intégral. Tel est leur recommandation sur ce point. L’Agent comptable et le caissier sont visés à travers cette recommandation. Mais à ce qui se dit, les intéressés ne se sentent pas seuls responsables de cette catastrophe. Vont-ils dénoncer leurs éventuels complices ou vont-ils assumer seuls ? La suite du feuilleton qui ne fait que commencer nous situera certainement. Mais il n’y a pas que ça.

Mission sans ordre de mission ?

Les inspecteurs ont aussi relevé beaucoup d’autres problèmes et un dysfonctionnement dans la gestion du SIAO. Par exemple, le non-respect des procédures d’exécution de la dépense publique semble être un jeu favori au sommet du SIAO. Les cas sont légion : celui d’un chèque d’un montant total de 30 990 000 FCFA tiré et dont la dépense reste sans justificatif est assez illustratif de cette incurie dans la gestion financière du SIAO. Les responsables soutiennent qu’une procédure d’annulation de ce chèque aurait été engagée, à la suite de son émission auprès du Trésor, mais certaines sources font état de ce que le chèque a été bel et bien payé. La recommandation des inspecteurs sur ce point est simple : poursuivre l’annulation dudit chèque auprès des services du Trésor et en rapporter la preuve. Six autres chèques d’un montant cumulé de 12 125 000 FCFA se trouvent dans une situation similaire. Aucun justificatif de dépense n’existe à leur sujet. Là aussi, les inspecteurs recommandent d’apporter lesdits justificatifs ou de procéder à leur remboursement pur et simple.  Des insuffisances sont aussi relevées au niveau de la gestion de la régie d’avances du SIAO : une dépense de 652 500 FCFA, objet d’état de payement (N°2016/136/MCIA/SG/SIAO/DG/DAAF du 04/07/2016), relatif à une mission du DG du SIAO, reste tout aussi problématique. L’ordre de mission justifiant cette dépense n’a pu être fourni aux inspecteurs. Le DG a-t-il effectué cette mission sans ordre de mission ? Mystère ! L’intéressé aurait soutenu que le document existe bel et bien. Seulement, il l’aurait égaré. Il promet de le retrouver.  En attendant, les inspecteurs, eux, ne transigent pas ; de deux choses, l’une : soit l’ordre de mission est fourni, soit le DG doit procéder au remboursement intégral de cette somme visiblement dépensée au grand mépris des règles en la matière. Le chapelet des manquements relevés par les inspecteurs est long, même très long.

Un cambriolage suspect ?

Au cours du weekend du vendredi 27 au lundi 30 janvier 2017, un des bureaux de l’Agence comptable du SIAO a été l’objet d’un cambriolage assez singulier. Après avoir quitté son bureau sans le moindre encombre le vendredi soir à la descente, le chef du service des recettes, Claude Guébré, est revenu le lundi matin le retrouver dans un état méconnaissable. Poignet et serrure de la porte enlevés, intérieur du bureau fouillé de fond en comble, beaucoup de biens emportés. Le bilan est saisissant : un ordinateur portable appartenant au SIAO et contenant des données d’enregistrement des recettes emporté (un deuxième ordinateur portable appartenant à monsieur Guébré et se trouvant sur le même bureau que le premier n’a pas été touché) ; le coffre-fort saccagé et le contenu, environ 11 millions FCFA, emporté ; etc. Un cambriolage opéré au nez et à la barbe des agents de sécurité. Alertée, la police a diligenté une enquête dont les conclusions se trouveraient déjà sur le bureau du Procureur du Faso. Le locataire du bureau cambriolé a été interpellé et gardé du 7 au 11 avril 2017. Il en est revenu et vaque à ses occupations. Nous avons rencontré le DG Dramane Tou. Même si certains observateurs essaient d’établir un lien entre ce cambriolage et la situation de la comptabilité générale du SIAO, celui-ci dit se garder de s’hasarder dans de pareils rapprochements. Il dit s’en remettre aux différentes enquêtes en cours pour situer définitivement les responsabilités. Affaire à suivre !

Y. Ladji Bama

E-mail Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Votre commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Diagnostic

  • ATTENTAT TERRORISTE DU 13 AOÛT 2017: Il faut en tirer enfin les leçons de la faillite de l’Etat !
    • vendredi 29 septembre 2017

    En ces circonstances douloureuses, l’heure est au discours convenu, le plus souvent empreint d’hypocrisie. Au-delà de l’émotion et du choc, ces circonstances interpellent fortement les consciences individuelles et collectives sur l’impératif de sortir de cette longue inertie politico-institutionnelle et des tensions de toutes sortes qui ont fragilisé l’Etat et ses institutions, mis en péril la sécurité des citoyens et de leurs biens.

    in Diagnostic
  • BRAS DE FER GOUVERNEMENT/SYNDICATS DU TRESOR ET DES IMPÔTS: Si loin du peuple et de sa misère noire !
    • vendredi 29 septembre 2017

    Le bras de fer qui oppose le gouvernement au Syndicat des agents du trésor du Burkina (SATB) et au Syndicat national des agents des impôts et des domaines (SNAID) semble avoir pris une tournure inattendue. Le 29 mai dernier, devant caméras, micros et flashes des hommes de médias, le gouvernement et le SATB avaient signé un accord marquant la fin des semaines de grèves et de sit-in.

    in Diagnostic
"Nous rêvons d'un Burkina Faso où le pauvre suscite chez le riche, compassion et solidarité; où le faible bénéficie de la protection des forts; où la solidarité n'est pas seulement un slogan mais une valeur essentielle dans nos rapports avec les autres; où toute vie humaine est sacrée;...Lire la suite