• 03
  • Jui

Un réchauffement suspect

djibiDepuis le 8 janvier dernier, le Burkina Faso a un ambassadeur à Moscou, en la personne d’Antoine Somdah. C’était en Conseil des ministres, ce jour-là, qu’il a été nommé. Mais bien avant, le ministre en charge des Affaires étrangères, Djibrill Bassolé, avait annoncé la réouverture de cette ambassade. C’était le 30 janvier 2013, lors de la présentation des vœux que le personnel de son ministère avait organisée. Depuis lors, les choses se sont vraiment accélérées. En l’espace d’une année, les petits plats ont été mis dans les grands pour la réouverture de cette ambassade qui avait été fermée pour « des contraintes budgétaires » depuis des décennies. Mais qu’est-ce qui cache cette urgence à rétablir les liens diplomatiques avec Moscou ? Le contexte politique actuel n’y est-il pas pour quelque chose?

  • 03
  • Jui

Le culte de la personnalité en marche

blais compLe président du Faso, Blaise Compaoré a séjourné du 9 au 10 mai dernier dans la Région du Centre-Ouest, à la faveur de la commémoration de la 14e journée de la commune burkinabè. Entre bains de foules, meetings et autres échanges avec les forces vives, cette sortie de terrain de Blaise Compaoré aura été une véritable occasion de propagande populiste, prenant parfois des allures de flagornerie et de célébration culturelle de la personne du Président

La gêne se lisait sur certains visages, face aux allures déconcertantes que prenaient par moments les activités ayant marqué le séjour de Blaise Compaoré dans la Région du Centre-Ouest, les 9 et 10 mai 2014.Tout commence dans l’après-midi du 9 mai, dans la salle polyvalente de Koudougou. Après une matinée aux côtés des bourgmestres du Burkina, en conclave dans la cité du Cavalier rouge, à l’occasion de la 14e édition de la journée de la commune burkinabè, Blaise Compaoré avait rendez-vous avec les forces vives de la région.

  • 21
  • Mai

Les petits pas vers l’escalade

djibrilDécidément le pouvoir en place semble avoir perdu son sang froid. Cette affaire de retrait des passeports diplomatiques de certains leaders du Mouvement du peuple pour le Progrès (MPP), laisse entrevoir qu’entre les anciens camarades la bataille s’annonce très rude et ne sera pas de tout repos. Si ce retrait qui s’inscrit dans l’ordre normal des choses, fait tant de bruit, c’est bien du fait de la manière dont le problème a été posé. Disons-le tout de suite, les leaders du MPP qui ont quitté les fonctions pour lesquelles le passeport diplomatique leur aurait été attribué, aurait du le restituer sans attendre. C’est une marque de civisme et d’attachement aux principes et valeurs de la république. En ne le faisant pas, ils ont créé les conditions pour se faire rappeler à l’ordre et donner l’image d’être des gens qui veulent abuser de privilèges auxquels, ils n’avaient plus droit. Cela dit, les victimes de cette fatwa présidentielle ne peuvent que s’en prendre à eux-mêmes.

  • 21
  • Mai

Le défi du 31 juillet

bissiriAu 31 juillet 2014, cela fera exactement 5 ans jour pour jour que le compact signé par les présidents burkinabé et américains, à travers le Millénium challenge account (MCA), en juillet 2008 et entré en vigueur en juillet de l’année suivante, est en marche au Burkina Faso. A cette date, ce sera fini pour ce projet de grande envergure, voulu pour booster le développement au pays des Hommes intègres, à travers notamment la sécurisation foncière, le développement de l’agriculture, le désenclavement et l’éducation des jeunes filles. C’est dire qu’à cette date, tous les chantiers ouvert par ce projet et en cours d’exécution doivent être obligatoirement terminés. Faute de quoi, l’argent prévu sera rapatrié dans les caisses du trésor américain et le Burkina Faso s’arrangera pour boucler lesdits chantiers à ses frais. C’est dire que le 31 juillet 2014 est une date fatidique et les responsables du projet MCA en sont très conscients.

  • 16
  • Avr

De nombreux acquis, mais aussi de multiples défis

cerfiLe Centre d’études, de recherches et de formation islamiques (CERFI) a 25 ans. Il a été créé en 1989. Un quart de siècle après son existence, le Centre a fait son bilan. C’est l’occasion d’évaluer ses forces et ses faiblesses pour mieux relever les défis qui sont les siens. Au cours d’une conférence de presse organisée par les responsables de ce Centre, le samedi 22 mars dernier, il est ressorti que 25 ans après sa création, le Centre enregistre de nombreux acquis. Mais de nombreux défis attendent aussi les « Cerfistes » dans bien des domaines comme le social, l’économique, le politique, etc.

  • 16
  • Avr

Pour une meilleure contribution des inspecteurs et contrôleurs du travail

inspecteurLe chef du gouvernement, Luc Adolphe Tiao, a procédé le 17 mars 2014 à l’ouverture officielle de la conférence nationale des inspecteurs et contrôleurs du travail. « Contribution de l’Inspection du travail dans la prévention et le règlement des conflits sociaux au Burkina ». Tel a été le thème de cette rencontre qui a permis aux participants de découvrir ou de redécouvrir la déontologie de ces corps, la méthode de leur revalorisation et de se pencher sur le renforcement des capacités des acteurs.

  • 04
  • Avr

« L’ADF/RDA face aux défis de la transition politique »

adfLe palais de la jeunesse et de la culture Jean-Pierre Guingané et la Maison du peuple étaient aux couleurs du pachyderme africain, les 14 et 16 mars derniers. En effet, c’est dans ces locaux que se sont déroulées, respectivement, les cérémonies d’ouverture et de clôture du 15e congrès du parti de l’éléphant, l’Alliance pour la démocratie et la fédération/Rassemblement démocratique africain (ADF/RDA). Comme pour coller à l’actualité politique nationale on ne peut plus brouillée, le parti de l’éléphant a choisi pour thème de congrès : « L’ADF/RDA face aux défis de la transition politique et du renforcement de la démocratie au Burkina Faso ». A l’occasion, beaucoup de partis politiques africains et d’ailleurs se réclamant de l’idéologie libérale sont venus témoigner leurs soutiens au parti de Me Gilbert Noel Ouédraogo. Les discours étaient fermes à l’encontre du CDP et de ses « supporters de la révision de l’article 37 ».

  • 18
  • Mar

Quand l’opération « HIMO » sème la discorde

tenkoLe travail en haute intensité de main d’œuvre (HIMO) fait partie des dernières mesures gouvernementales en vue de faire face à la vie chère et plus particulièrement pour lutter contre le chômage des jeunes. Cette opération connaît des fortunes diverses à travers le territoire national. A Tenkodogo, l’opération HIMO a créé de la zizanie au sein de la population, allant jusqu’à secouer le Conseil municipal où une motion de défiance a été votée à l’encontre d’une conseillère municipale. Il s’agit de la conseillère Elise Segda/Ouédraogo, responsable de l’opération au plan local. Son sort est entre les mains de l’autorité, plus précisément le ministère de l’Aménagement du territoire et de la Décentralisation qui devra examiner la motion de défiance.

"Nous rêvons d'un Burkina Faso où le pauvre suscite chez le riche, compassion et solidarité; où le faible bénéficie de la protection des forts; où la solidarité n'est pas seulement un slogan mais une valeur essentielle dans nos rapports avec les autres; où toute vie humaine est sacrée;...Lire la suite