-->

TRUMP Président: l’Amérique de tous les possibles

06 décembre 2016 Auteur :   Boureima OUEDRAOGO

 

Même si certains voient dans la défaite d’Hilary Clinton le témoignage que les Américains ne sont pas encore prêts d’accepter une femme présidente. Dans ce pays, un homme a pu bousculer l’establishment politique et parvenir à se faire propulser à la magistrature suprême. En effet, même candidat républicain, Donald Trump n’a pas bénéficié du soutien de l’appareil et des caciques du parti qui ont pratiquement pris leur distance avec lui, au fur et à mesure qu’il multipliait les frasques et les déclarations incendiaires. Mais Trump est resté égal à lui-même et a imposé une campagne électorale d’une violence jamais égalée aux Etats-Unis.Et il a excellé dans cet exercice face à une candidate Hilary Clinton, déjà dans la posture de présidente et qui s’obligeait un discours politique décent mais malheureusement peu enthousiasmant.

Ce qui devait donc arriver arriva. Au petit matin du 9 novembre 2016, le monde entier est surpris, certains sous le choc, de constater que les Américains ont préféré Trump à Hilary Clinton. Depuis, chacun y va de son commentaire. Pour certains par contre, cette victoire n’était pas une surprise. C’est le cas du cinéaste Michael Moore qui a publié depuis juillet sur son Blog, un billet intitulé « 5 raisons pour lesquellesTrump va gagner ». Il y affirme : « Je suis désolé d’être le porteur de mauvaises nouvelles, mais je crois avoir été assez clair l’été dernier lorsque j’ai affirmé que Donald Trump serait le candidat républicain à la Présidence des États-Unis. Cette fois, j’ai des nouvelles encore pires à vous annoncer: Donald J. Trump va remporter l’élection du mois de novembre. Ce clown à temps partiel et sociopathe à temps plein va devenir notre prochain président. Le Président Trump. Allez, dites-le tous en choeur, car il faudra bien vous y habituer au cours des quatre prochaines années: «PRÉSIDENT TRUMP!» ». Le Cinéaste motive sa conviction, entre autres, par la probable forte abstention chez les potentiels anti-Trump et au contraire une éventuelle forte mobilisation chez les anti-Hilary ; l’impopularité d’Hilary, qui fait partie des faucons de la politique américaine, ne ferait pas rêver des jeunes ; etc.

En tous les cas, Trump est élu président. Les Américains et le monde entier vont devoir s’y faire. Même si depuis son élection, l’on assiste à des vagues de contestations. Comme quoi, même aux Etats-Unis, l’on peut contester les résultats des élections. Et ce n’est pas tout ! Avant même qu’il prenne fonction, les analystes de la scène politique dont certains avaient prédit sa victoire, prédisent déjà qu’il sera destitué ou démissionnerait avant la fin de son mandat. Tout cela confirme encore que l’Amérique est celle de tous les possibles.

Le président français, François Hollande, a peut-être raison, la victoire de Trump ouvre une période d’incertitudes pour l’Amérique et pour le monde. Mais c’est le choix des Américains. L’on ne peut que le respecter. Libres à eux de tirer les leçons de ce feuilleton politique extraordinaire qu’ils sont en train d’écrire. Quant aux Africains, ils n’ont rien à espérer d’une élection américaine. Ils doivent se donner les moyens d’améliorer leur propre sort en se battant pour la bonne gouvernance et des gouvernants vertueux, responsables, conscients des défis du continent et capables de porter leurs aspirations à un mieux-être partagé. Trump ou Clinton, il n’y a aucune différence pour l’Afrique.

Votre commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

"Nous rêvons d'un Burkina Faso où le pauvre suscite chez le riche, compassion et solidarité; où le faible bénéficie de la protection des forts; où la solidarité n'est pas seulement un slogan mais une valeur essentielle dans nos rapports avec les autres; où toute vie humaine est sacrée;...Lire la suite