Incidents de Manga : Où en est-on avec la procédure?

29 septembre 2017 Auteur :  

Le 8 juin 2017 à Manga, pour manifester leur mécontentement suite à l’interpellation d’un jeune homme, une foule nombreuse avait assiégé le palais de Justice pour réclamer la libération immédiate et sans conditions de ce dernier. Porte d’entrée du palais défoncée, fenêtre de la guérite arrachée, porte de l’entrée du bâtiment abritant les bureaux arrachée, toutes les vitres de la devanture du bâtiment brisées, panneau lumineux endommagé. C’est, entre autres, les éléments du bilan fait par les syndicats des acteurs judiciaires.

Lesquels acteurs  avaient entamé une grève de 72h, puis illimitée, avant de suspendre le mot d’ordre. Plus d’un mois après l’incident, où en est-on?

Pour ce qui est du palais de Justice, l’on apprend avec le Procureur de la localité que les activités ont repris le lundi 24 juin et qu’une procédure est en cours pour dessaisir le Tribunal de Manga du dossier à l’origine de l’incident, au profit d’une autre juridiction. Une procédure normale, a tenu à préciser l’intéressé : « pour cause de suspicion légitime,  on peut dessaisir une juridiction au profit d’une autre. (…) Avec le problème, l’intéressé peut penser que si nous jugeons l’affaire, on peut être partial ». On apprend aussi que le jeune homme placé sous mandat de dépôt qui a été illégalement sorti, est toujours dehors et libre de ses mouvements. Craignant une reprise des troubles, la force publique serait aux abonnés absents. Des informations reçues, autorités administratives et religieuses auraient opté pour la diplomatie. En d’autres termes, procéder par la négociation avec l’individu afin qu’il réintègre la Maison d’arrêt.

Va-t-on réellement situer les responsabilités dans cette affaire qui a causé tant de préjudices matériels, moraux et financiers à la Nation entière ? Les responsables vont-ils payer pour leur forfaiture ou tout cela sera-t-il passé en pertes et profits, au nom d’une certaine paix sociale ?

Affaire à suivre !

Votre commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

"Nous rêvons d'un Burkina Faso où le pauvre suscite chez le riche, compassion et solidarité; où le faible bénéficie de la protection des forts; où la solidarité n'est pas seulement un slogan mais une valeur essentielle dans nos rapports avec les autres; où toute vie humaine est sacrée;...Lire la suite