Aimé Nabaloum

Aimé Nabaloum

E-mail: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

A la date du 12 août 2017, les responsables du Centre national pour la démocratie et le développement intégré (CNDDI) sont passés à la phase d’installation de leurs unités de base dénommées Comités Koglyaka et de conciliation (CKC). Lesdits comités ont pour mission de veiller à une paisible cohabitation entre habitants d’un même quartier (6 mètres) et à la cohésion au sein des populations d’un même quartier.

ZA a un bureau non loin de l’avenue Kwamé N’krumah. Il a vécu les évènements de cette nuit dans la peur et l’inquiétude. Le début de l’attaque terroriste du Café Aziz Istanbul  l’a trouvé en train de travailler dans son bureau. Il a donc été pris au piège par hasard, dans son bureau dans l’angoisse, la peur et surtout dans l’impossibilité de mettre le nez dehors pour savoir exactement ce qui se passait, au risque d’être pris pour cible soit par les terroristes soit par les unités d’intervention. Il raconte sa galère de la nuit, dans l’anonymat.

La soirée du dimanche 13 août a été horrible pour les Burkinabè. Des terroristes se sont encore permis de s’attaquer à des clients du restaurant-café Aziz Istanbul situé sur l’avenue Kwamé N’krumah. Le mode opératoire est monstrueux. Le bilan humain est macabre.

Les pratiques d’un armurier de Bobo avaient intrigué plus d’un. Des pratiques qui durent depuis au moins 2012. Les services douaniers ont été mis au courant de l’affaire. Dans Le Reporter n°211 du 1erau 14 avril 2017, nous en avions fait cas, dévoilant la pratique très peu orthodoxe qui a fait perdre à l’Etat plus de 7 milliards FCFA.

Le Centre national de presse Norbert Zongo (CNP-NZ) et le Centre d’études stratégiques en défense et sécurité (CESDS) ont collaboré pour la tenue d’un atelier de formation au profit des journalistes sur les enjeux de la sécurité et de la défense, en relation avec les médias. C’était du 19 au 21 juillet 2017.

EGLISE CATHOLIQUE Le fils du prêtre !

L’histoire relève pratiquement de faits tabou. Elle révolte et peut faire perdre une foi naissante et même celle qui est mûre ! Fruit d’un amour impossible, il est né dans les années 70, dans le plus grand des secrets. Il grandira avec un sacré secret ! Il a mis du temps, des années avant de savoir quelle est son histoire à lui.

Page 1 sur 8
"Nous rêvons d'un Burkina Faso où le pauvre suscite chez le riche, compassion et solidarité; où le faible bénéficie de la protection des forts; où la solidarité n'est pas seulement un slogan mais une valeur essentielle dans nos rapports avec les autres; où toute vie humaine est sacrée;...Lire la suite