Aimé Nabaloum

Aimé Nabaloum

E-mail: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

EGLISE CATHOLIQUE Le fils du prêtre !

L’histoire relève pratiquement de faits tabou. Elle révolte et peut faire perdre une foi naissante et même celle qui est mûre ! Fruit d’un amour impossible, il est né dans les années 70, dans le plus grand des secrets. Il grandira avec un sacré secret ! Il a mis du temps, des années avant de savoir quelle est son histoire à lui.

Le feuilleton « Affaire don de matériel à la Police nationale » se poursuit. Depuis le début, il y a eu une avalanche de lettres envoyées par la Direction générale de la société ETAF Armabel à la Direction générale de la Police nationale ainsi qu’à certains cadres de la police.

Ce 1er mai 2017, à l’instar des travailleurs du monde, ceux du Burkina Faso ont sacrifié à la tradition par une marche suivie d’un meeting dans les locaux de la Bourse du travail de Ouagadougou. Ils ont dénoncé les conditions de travail.

Le Haut Conseil pour la réconciliation et l’unité nationale (HCRUN) est depuis peu, dans une zone de turbulences.  Mis en place le 15 janvier 2016 et officiellement installé le 22 mars 2016 par le président du Faso, Roch Kaboré, l’institution est déjà plongée dans une crise. Le charisme et la gestion des affaires de son président, Benoit Kambou, ne semblent pas faire l’unanimité en son sein. Selon certaines informations, il aurait réussi la prouesse de dresser la quasi-totalité des pairs contre lui.

Le procès contre les derniers ministres de Blaise Compaoré est ouvert. A la barre, Beyon Luc Adolphe Tiao et ses ministres, dont Blaise Compaoré, absent et devenu Ivoirien. Ils sont poursuivis pour complicité d’homicide volontaire, coups et blessures volontaires.  26 anciens ministres ont répondu présents et le procès renvoyé au 4 mai 2017 devrait permettre de situer leur responsabilité devant la Haute Cour de justice qui a siégé au Tribunal de grande instance (TGI) de Ouagadougou. Retour sur l’ambiance d’un procès chargé du souvenir d’une certaine époque avec les fameux TPR (tribunaux populaires de la révolution). C’était le 27 avril 2017, dans la salle d’audience n°2 du TGI de Ouagadougou.

Par Aimé NABALOUM

Grand restaurant de la capitale, il ne désemplit pas. Comme d’autres, la renommée du restaurant « Chez Simon » fait la fierté de ses promoteurs. Ce n’est pas un restaurant qui fait la fine bouche côté affaire. Ce serait donc faux de dire que les affaires ne marchent pas. Il tient la route depuis bientôt 20 ans. Cependant, à y voir de près dans les chiffres de cette société, quelque chose cloche ! 

Par Aimé NABALOUM

Page 1 sur 7
"Nous rêvons d'un Burkina Faso où le pauvre suscite chez le riche, compassion et solidarité; où le faible bénéficie de la protection des forts; où la solidarité n'est pas seulement un slogan mais une valeur essentielle dans nos rapports avec les autres; où toute vie humaine est sacrée;...Lire la suite