-->

Situation nationale : Le Balai citoyen appelle le pouvoir actuel à un sursaut patriotique

19 janvier 2018 Auteur :  

« Un sursaut patriotique pour redresser la barque Burkina Faso avant qu’il ne soit trop tard » ; c’est ce que dit attendre le Balai citoyen du président du Faso et son gouvernement. Le mouvement citoyen a tenu une conférence de presse ce jeudi 18 janvier à Ouagadougou, pour porter à l’opinion son diagnostic de l’an II de la gouvernance Kaboré et la situation nationale.

Deux années après l’arrivée au pouvoir du candidat du Mouvement du Peuple pour le Progrès (MPP), « notre pays est marqué par une grave crise de la gouvernance au plan social ». La crise actuelle qui met à mal le système éducatif, est, selon le mouvement, révélatrice de la qualité de la gouvernance actuelle du pays. De la lecture de la déclaration faite par leur porte parole Serge Bambara alias Smockey, les nombreuses grèves qui ont secoué presque tous les secteurs de la fonction publique au cours des deux dernières années a révélé un manque d’audace et de créativité au sommet de l’Etat. Cela, dans un contexte post-insurrectionnel, « avec des gouvernants qui connaissent la situation réelle de notre administration publique, la qualité des hommes qui l’animent, leurs préoccupations mais jusque-là, se montrent incapables d’anticiper les crises, de s’inscrire dans la rupture et de proposer des solutions innovantes aux préoccupations légitimes des travailleurs de notre pays ». Faire de la résolution diligente de la crise d’un système éducatif qui se meurt et sauver l’année scolaire, est pour Smockey et ses camarades, une priorité qui engage la responsabilité pleine et entière du Gouvernement.

Au plan sécuritaire, révélant se fonder sur « ses sources » auprès de gens de certaines localités du Sahel, le Balai citoyen s’est dit surtout inquiet des informations faisant état de présumées exécutions extra-judiciaires auxquelles se livreraient des éléments de l’armée burkinabè. Interpellant le gouvernement à doter les Forces de défense et de sécurité de moyens adaptés et suffisants pour mener à bien leur mission « car la sécurité précède le développement », le mouvement a par ailleurs exhorté les responsables de la sécurité à mettre en place les stratégies idoines afin de s’attirer la confiance nécessaire des populations.

De la gouvernance judiciaire, « Il est de la responsabilité de la Justice de vider ses tiroirs des dossiers pendants afin de créer les conditions d’une vraie réconciliation nationale », avis du mouvement, qui dit suivre également la suite réservée aux travaux de la commission d’enquête du conseil supérieur de la magistrature. « Il est inadmissible qu’après tant de sacrifices consentis par le peuple burkinabè pour donner à la Justice toute son indépendance et aux magistrats une rémunération conséquente, les mauvaises pratiques au sein de la Justice restent sans conséquences ». Actualité oblige, le cas du colonel Denise Auguste Barry inculpé pour «complot et incitation à la Commission d’acte contraire à la discipline et au devoir» a été commentée. Pour le Balai citoyen : Le peuple burkinabè a droit à l’information judiciaire ; que toute la lumière soit faite !

Au plan économique, « le Gouvernement du MPP ne semble pas aussi avoir compris les leçons de l’insurrection populaire ». C’est la perception de l’organisation de la société civile qui juge qu’aucun indice ne montre un engagement franc à combattre la corruption qui selon elle, continue à gangrener la gouvernance dans ce domaine. Du Gouvernement et de l’Assemblée nationale, elle dit en outre attendre la transparence la plus totale sur les contrats PPP, la clarification de sa vision desdits PPP qui pour elle, ne doivent pas être source de dettes exorbitantes qui pèseront sur les épaules des futures générations ; et aussi, le point de l’opération 40 000 logements.

Affirmant que le MPP et ses alliés se contentent d’exercer le pouvoir « sans vision, ni autorité affirmée de l’État, ni courage politique, de nature à inspirer les partenaires sociaux à circonscrire les légitimes revendications dans des proportions plus réalistes », le Balai citoyen a lancé un appel au président du Faso et son gouvernement à un sursaut patriotique pour relever la barque du Burkina Faso avant qu'il ne soit trop tard. « Tout le monde sait qu’aujourd’hui, la barque est percée parce que dans les secteurs de la gouvernance sociale, sécuritaire, judicaire et économique, il n’y a pas un où on peut dire ça va », renchérit Me Guy Hervé Kam, également porte parole du mouvement.

Le Reporter

E-mail Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Votre commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

"Nous rêvons d'un Burkina Faso où le pauvre suscite chez le riche, compassion et solidarité; où le faible bénéficie de la protection des forts; où la solidarité n'est pas seulement un slogan mais une valeur essentielle dans nos rapports avec les autres; où toute vie humaine est sacrée;...Lire la suite